Cliquez sur les feuilles pour les enlever
L’univers de la truffe

Accueil > Abécédaire > E comme... > qui croire ?

qui croire ?

mardi 23 janvier 2007, par georges


Bonjour,

Dimanche 21 janvier 2007, nous sommes allés à « la journée de la truffe » à UZES (gard 30).

Apres avoir passé 3 heures a visiter les divers stands de cette manifestation, je suis rentré chez moi avec dans l’ idée éventuelle d’ acheter 1 ou 2 hectares de garrigues et de me lancer dans la culture truffière. (Pour ce faire, je comptais acheter des plans « mycorhizes » en pépinière, suivre les conseils des techniciens, et me lancer.)

Dans quel but, me direz vous ? pas pour m’ enrichir mais pour m’ occuper à la campagne, et surtout, pouvoir transmettre cette truffière dans quelques années à mes enfants.

Hors quelle n’ est pas mon étonnement et ma surprise de découvrir sur cette page qu’ un tel projet serait pure utopie ? (je fait parti des « gugusses de la ville » et je n’y connais rien, et j’avoue que je suis complètement dérouté…)

Bref, qu’ en est-il réellement, et qui croire ? ou trouver de vrais informations concernant la création d’une truffière « mélano » dans ma région gardoise ? sachant que la question est d’ importance au vu des montants financiers nécessaires !

je suis preneur de tout conseil et réponse, si minimes soit elles… répondez moi, et soyez en remercié d’avance. georges

Enregistrer au format PDF

Répondre à cet article

11 Messages de forum

  • > qui croire ?

    24 janvier 2007 10:20, par rabelaislebeau

    bonjour,

    je suis aussi un de ces « gugus » mais enraciné dans la ruralité, (heureusement pour moi) qui a décidé un jour de s’engager dans une aventure. Je dis aventure car je pense qu’on ne peut pas aborder la truffe de façon rationnelle (ne pas dire « trufficulture » pour ne pas vexer les puristes). Il n’y a pas pour moi d’utopisme dès lors que son projet ne repose pas sur un raisonnement basé sur des vérités d’exploitations culturale traditionnelle, avec des rendements garantis. Pour être plus clair à partir de l’analyse d’un sol agricole on peut approcher sans risque d’erreur le rendement que l’on pourra obtenir. En truffe il n’en va pas de la même façon, loin s’en faut. Mais de là à considérer que l’utopisme appartient à ceux qui ont décidé de se lancer serait prendre pour des gogos tous ceux et toutes les générations qui depuis toutes ces années ont plantés et récoltés avec plus ou moins de réussite. Alors si l’on a la fibre… Si l’on a pas peur d’être traiter de gugus, de gogos et autres pseudos, il faut se lancer, beaucoup lire, contacter, échanger, se remettre cent fois sur l’ouvrage, et surtout ne pas céder aux découragements, accepter le doute. Ce doute, ce doute qui est permanent le prendre comme une possibilité de réfléchir et de revenir de nouveau sur ce que l’on avait décidé. Car le milieu de la truffe est construit de contradictions, il n’y a pas de recette, pas de garantie, il faut sans cesse adapter et s’adapter, car ce qui semble favorable ici peut être plus ou moins défavorable ailleur. Je suis de ceux qui préfere la déception de ne pas avoir réussi, au regret de ne pas avoir essayé. Alors si vous en avez envie… PLANTEZ ! Le site de la station trufficole de Montat donne une bonne idée générale et quelques conseils. Celui concernant la truffe de bourgogne également, et puis il y a les forums pour douter en permanence et « s’aider » à ne pas se décourager. Celui-ci est sympa et modéré, il y a aussi grossestruffes.com avec de super photos… celui des passionnés de St alvere dans le périgord… parfois sans modération et j’en oubli.

    Bon courage et bonne journée alain

    Répondre à ce message

    • > Message positif 24 janvier 2007 10:54, par DG

      Cela fait du bien d’entendre un message positif et plein d’espoir !

      Je me suis permis d’ajouter des liens cliquables sur les références de sites que vous mentionnez (On peut le faire directement avec certains navigateurs comme firefox quand vous rédigez un post de forum).

      Bon courage !

      DG

      Répondre à ce message

    • > qui croire ? 24 janvier 2007 15:27, par georges

      24 janvier 2007, par rabelaislebeau

      reprise citation : «  »Car le milieu de la truffe est construit de contradictions, il n’y a pas de recette, pas de garantie…….. Je suis de ceux qui préfère la déception de ne pas avoir réussi, au regret de ne pas avoir essayé. Alors si vous en avez envie… PLANTEZ !«  »

      Plutôt sympa, comme entrée en matière, cette réponse !!!!! merci Alain.

      Je vais formuler quelques précisions me concernant. Mais avant cela, vous répondre. Sachez que je n’ attache aucune importance à tout ce qui n’ est pas constructif, critiques stériles comprises, (donc on pense de moi ce que veux …….). Ceci étant précisé, l’ envie de planter une trufferaie est très forte. Je peux compter sur mon investissement personnel volontaire, mes capacités « têtu » « coriace » et courageux, aussi sur quelques moyens financiers (modestes cependant), mais tout ceci ne suffit pas ! en effet, je démarre de rien. Il me faut acheter le terrain, prévoir son aménagement, le matériel, les plants, clôture, irrigation, énergies, frais notariaux, etc etc……. tout ca pour dire que je pense aussi qu’un échec vaut mieux que des regrets, sauf que dans mon cas, cet essai représente un coût financier par trop important pour être lancé et tenté à la légère !!!! cet investissement financier représente tout de même un demi siècle de labeur ! et demande donc un minimum de réflexion. Je suis dans ma phase dite « d’ étude de faisabilité ». En découle des tonnes de questions sans réponses.

      Quels sont les régimes d’ imposition concernant cette activité ?

      Quels sont les organismes officiels susceptibles d’ apporter leur aide pour la création d’ un tel projet ?

      Vers qui se tourner pour « apprendre vraiment » (cette activité me paraissant tabou ! je me trompe peut-être !) ?

      Doit t’on se déclarer comme activité agricole dés le début, sachant que même en cas de réussite, les premiers revenus ne sont pas avant 10 ans au moins ?

      En tant que création, existe t’ il des aides financières et si oui, quels sont les institutions à contacter ?

      Voilà ou j’ en suis actuellement…. (très demandeur d’ infos)….. donc ne vous gênez pas !

      Répondre à ce message

      • > qui croire ? 24 janvier 2007 19:33, par rabelaislebeau
        Bonjour je vais essayer de répondre à quelques une de vos interrogations et vous donner quelques pistes qui je l’espere vous aideront dans votre choix. Pour ce qui concerne ce que j’appelerais les renseignements administratifs,aides réglementation estc..,le plus simple est de contacter la federation regionale des trufficulteurs qui se trouve pour le gard à la chambre d’agriculture de l’herault 11855 carcassonne cedex ils vous renverront surement vers le syndicat du gard 24 avenue de la gare 30700 UZES. Pour ce qui concerne la partie financieres,voici le coût auquel je suis arrivé à la fin de la plantation. Nombre de plants 900 env plants de 2ans et 1ans tuteurs bambou ht 80 (3 par plants) Protections anti lapin bache plastique au pieds 50x50 Rouleau pour voile d’hivernage pour les Q ilex et Kermes Rouleau bâche plastique à bulle pour Q ilex et Kermes Poteaux accacias de 2,00ml de ht,fil et grillage à mouton ht 2ml pour un périmetre de 800ml Coût par arbre 10,99 euros ttc. Pour ce qui concerne le coût foncier il est souhaitable de ce renseigner à la chambre car le prix hectare peut varier dans des proportions importantes ou auprès de la safer.Pour ce qui concerne le regime déclaratif agricole je ne vois pas trop l’intêret mais je peux me tromper.Avoir sur ce site dans l’abecedaire le forum commercialisation il y des choses interressantes.L’aspect fiiscal n’est pas à négliger d’un point de vue administratif,mais c’est de loin celui qui fait le plus rire les caveurs de tous poils.Comme me disait un ancien « Il faut être fada pour déclarer, et d’un regard entendu ajoutait »et puis déclarer quoi con.." sauf peut être si l’on veut transformer.J’oubliais allez voir sur le site de la fede pour ce qui concerne l’exonération du foncier non bâti.Voila ce que je peux vous dire à vous de poursuivre…Bon courage alain

        Répondre à ce message

        • > qui croire ? 26 janvier 2007 13:38, par georges

          bonjour à vous tous,

          merci en bloc pour vos réponses. une question supplémentaire ! combien de temps peut produire un chène truffier ? à bientôt

          Répondre à ce message

          • > qui croire ? 27 janvier 2007 21:00, par rabelaislebeau
            Bonsoir Trés franchement je n’en sais abscolument rien, mais peut se trouvera t-il quelqu’un de plus avisé pour vous donner une réponse et surtout vous justifier celle-ci.Désolez mais je ne peux vous dire que ce que je sais. bonne soirée alain

            Répondre à ce message

            • > qui croire ? 29 janvier 2007 12:41, par rabelaislebeau
              bonjour Erratum Comme quoi il y des jours ou l’on ferait mieux de ne pas écrire il fallait lire bien sur : « je ne peux vous dire ce que je ne sais pas ». avex mes exuses alain

              Répondre à ce message

      • > qui croire ? 1er juin 2007 09:31, par GAETAN

        bonjour messieurs,

        après attentive lecture de vos message sur ce blog d’hypothètiques trufficulteur ; je peux vous aider à l’étude et la réalisation de truffière. Je suis actuellement en bts de productions horticoles, j’effectue mon apprentissage chez les pépinières Jean Rey (S.A très importante du secteur). Au cours de ce bts j’ai apris l’art de la michorysation de chênes, pin, et autres (ordre de tenir les nom secret), l’étude des sols, et la réalisation de truffière. Toutes mes idées et mes projets sont gravite autour de deux fondamentaux en agriculture du 21 eme siècle : une agriculture durable une griculture dans le respect de l’environnement.

        j’attend messieurs de vos nouvelles afin de pouvoir progresser dans vos projets personnels

        Répondre à ce message

        • > qui croire ? 8 janvier 2008 11:04, par causse19
          Bonjour, je viens de planter des chênes pubescents et verts, mychorisés INRA, venant de Agri truffe. Peux tu me renseigner sur ce que je dois faire maintenant. J’avais l’idée de rajouter à chaque arbre, en contact avec les racines,des déchets de melanosporum pour activer les chances de réussite. Est ce une bonne idée ? ou y a t’il une procédure ?… Par exemple de broyer ou congeler ces restes avant de les remettre dans le sol. Merci pour tes renseignements

          Répondre à ce message

          • > qui croire ? 8 janvier 2008 12:15, par DG
            Oui, faites-le pour augmenter les chances. Ajoutez de la truffe broyée congelée et séchée à proximité des racines. Par prudence, soyez sûr que : 1. c’est bien de la melano que vous broyez ; 2. que les restes de melano n’ont jamais été en contact avec de la brumale car très peu de spores ou mycélium de brumale pourraient vite remplacer la melano sous vos arbres, si vous n’êtes pas sûr, évitez de prendre le risque.

            Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Facebook | LinkedIn | Contact |