Evolution plantation 1

, popularité : 2%

En 1990, près de Béziers, dans l’Hérault, j’ai planté mes premiers arbres dits « truffiers ». J’ai choisi 2 parcelles préalablement en vigne. Le terrain est calcaire, Ph autour de 8, le sous-sol est très perméable. La couche arrable n’excède pas 30 cm.

Ces terrains me paraissaient très favorables : flore importante (thym, romarin, cystes ... ) ; plusieurs truffières sauvages en production dans un rayon de 50 m.
De plus, borne du Bas-Rhône, en limite de propriété.

Dans une première parcelle, plantation de 110 chênes verts, 6 m sur 4, en janvier 90. En avril 90, vol de 20 arbres, toute une rangée, replantés en novembre 90, plans provenant d’un autre pépiniériste.

J’ai commencé à espérer sept ans plu tard, à l’apparition des premiers brûlés et à l’installation au pied de certains arbres de plantes favorisantes ( fétuque ovine, sédum élevé... ).

J’avais lu sur plusieurs livres spécialisés que la production démarrait, 3 ou 4 ans après, or depuis, seuls 2 ou 3 arbres me donnent quelques truffes. Pourtant de nombreux arbres « brûlent » : 34 plantation janvier 90 ; 18 sur les 20 replantés.

Ces arbres poussent beaucoup et le milieu aurait tendance à se refermer.
J’envisage :

- de tailler sévèrement une rangée sur deux et d’éclaircir le cœur des autres, pour permettre le passage de la lumière ;
- de travailler, au mois d’avril, les brûlés ( je passe la tondeuse entre les rangs ) ;
- d’être plus vigilant sur l’arrosage.

J’arrose avec des micro-asperseurs type « tornado » (rayon 2m, 38 litres par heure ).

Pourriez vous me donner votre avis sur sur ces trois pistes de travail ?

Merci par avance.

Brèves Toutes les brèves