Cliquez sur les feuilles pour les enlever
L’univers de la truffe

Accueil > Annonces, contacts > Futur planteur

Futur planteur

lundi 23 mai 2005


Je suis de la region Languedoc-Roussillon, je recherche des adresses de pepinieriste trufficole en vue d’une future plantation si vous avez des adresses pouvez-vous me les faire parvenir. Je recherche aussi des conseil sur la plantation de truffiere.

Je vous en remercie a l’avance.

Enregistrer au format PDF

Répondre à cet article

30 Messages de forum

  • > Futur planteur

    24 mai 2005 02:29

    Bonjour,

    La première chose à faire c’est une analyse de sol pour déterminer son ph. En fonction des résultats de cette analyse vous pourrez déterminer quel type de truffe “plantée”. De plus, je ne sais pas si vous êtes du sud ou du nord de la région mais il faudra faire un choix entre noisetiers ou chênes (il suffit d’observer la végétation déjà présente aux alentours). Tout cela n’est qu’un point de départ, il vous faudra encore beaucoup vous informer avant de planter. Vous trouverez aujourd’hui beaucoup d’information sur le Net et n’oubliez pas que rien ne vaut des rencontres avec des passionnés.

    Quelques infos sur Station-truffe de Pierre Sourzat

    Et pour les plants allez sur le site d’Agri-truffe

    Répondre à ce message

    • > Futur planteur 24 mai 2005 06:36

      Bjr, Comment mettre de tels aneries c’est vrai qu’en restant anonyme on ne risque pas grand’chose, car dire qu’en fonction des résultats de l’analyse on saura quel espèce de truffes on pourra obtenir ? Alors ça c’est une AVANCEE extraordinaire. Arrêtez d’induire les gens en erreur, c’est le plus grand bien que vous ferez à la truffe. Et pour les adresses, bravo, la station truffe dixit Pierre Sourzat, c’est le roi de la brumale et pour Agri Truffe il y a eu des millions de plants certififiés plantés, mais le problème c’est qu’on attends toujours les truffes. Enfin est-ce nécessaire vraiment de faire une analyse pour déterminer le ph, alors qu’en regardant les plantes existantes on sait si c’est calcaire ou non et utilisez une goutte d’acide. Salutations.Denis

      Répondre à ce message

      • > Futur planteur 30 mai 2005 22:41

        Bonjour

        Je viens de lire votre article.Je constate que vous n’êtes pas satisfait des plants Agritruffe.Pouvez vous m’en donner les raisons ?Tout simplement parce que je viens de leurs en commander une centaine pour novembre ( uncinatum )

        Flavien

        Répondre à ce message

        • > Futur planteur uncinatum 2 juin 2005 11:41, par DG

          J’espère ne pas déformer la pensée de M. Denis, mais je crois que sa remarque porte surtout sur les arbres-hôtes mycorhizés avec Tuber melanosporum. Il faut savoir que de nombreux arbres plantés il y a une vingtaine d’années ont tendance aujourd’hui à développer des brumales (Tuber brumale) ou parfois, malheureusement, rien du tout… Tous les pépiniéristes qui ont fait du plant myco sont concernés par la remarque et donc pas exclusivement Agri-Truffe. Il existe aussi des gens qui récoltent même s’ils ne se font pas trop entendre sur le net. Disons que le marché de la mélano montre que les résultats ne sont pas à la hauteur des espérances. Les prix flambent. En tout cas, j’attends encore des statistiques à publier sur ce site…

          La question qui se pose est celle-ci : le fait de récolter doit-il être attribué aux arbres mycorhizés avec T. melanosporum ou bien existe-t-il d’autres facteurs ?

          - Soit ce sont les plants qui produisent,
          - Soit c’est la composition du terrain qui a été favorable à la production de truffes,
          - Soit c’est un travail du sol : taille, arrosage etc.
          - Soit c’est le climat
          - Enfin, soit c’est la combinaison de certains ce ces facteurs… Chose ma foi très difficile à prouver sur le terrain fautes de moyens (la truffe n’est pas une priorité nationale !).

          Vous pourrez lire sur les différents forums les points de vue de M. Cazaux et de M. Denis sur les plants mycos mélano en général produits par les pépiniéristes, leurs opinions divergent des idées développées dans les livres sur le sujet. Pour eux, si j’ai bien compris, la clé se trouve dans la nature du sol et non dans le processus de mycorhization en labo : autrement dit un plant bien noté bien mycorhizé bien certifié ne garantie en aucun cas une production. Pour ces derniers, mieux vaut donc acheter ou hériter d’un terrain avec un sol « porteur » (cela reste encore à définir) et y planter des glands que d’acheter des chênes mycorhizés Tuber melanosporum.

          La trufficulture n’est donc pas une science exacte : aujourd’hui plusieurs opinions s’affrontent :

          — Le terrain prime et le plant mycorhizé a un rôle négligeable. — Le terrain est aussi important que le plant mycorhizé. — Le plant mycorhizé et de bonnes conditions culturales permettent de récolter.

          La question ne se pose pas de la même façon pour Tuber uncinatum qui colonise plus facilement les sols, en fait Tuber uncinatum est assez fréquent et même très fréquent et on peut en déduire qu’il est moins exigeant en sol et climat (puisqu’on en trouve jusqu’en Suède par exemple). Chaque espèce est différente et exige des environnements différents. C’est pour cela que la prudence doit être de mise.

          Les conséquences que l’on peut tirer de Tuber melanosporum ne peuvent (ne doivent) pas s’appliquer automatiquement à Tuber uncinatum et réciproquement. Il y a dix ans, les livres, les formations et surtout les modes de cultures de T. uncinatum étaient calquées sur celles de T. melanosporum. Aujourd’hui, on remet en cause cet amalgame avec l’idée qu’intervenir d’une certaine manière sur un terrain peut être positif ou catastrophique au bout de 10 ans… Seulement voilà, au moment où on agit (taille, traitement, etc.) il est impossible de savoir vers quelles alternatives on se dirige. Faut-il écouter les anciens ? Oui… mais les anciens ont acquis une expérience dans un type de sol peut-être unique et dans des conditions environnementales qui changent avec le temps, cela limitera donc la portée des conseils… Ils ne sont pas toujours transférables d’un cas à l’autre. Donc, je le répète une nouvelle fois, planter c’est un pari sur l’avenir, il n’existe aucune certitude en la matière.

          Voilà, j’espère avoir correctement résumé les idées qui circulent sur les arbres mycorhizés. En tous cas, il ne faut pas mettre toutes les truffes dans le même panier !

          Pour Agri-truffe, si vous avez des doutes autant leur poser la question directement contactez-les ou bien allez les visiter.

          Didier

          Répondre à ce message

          • > Futur planteur uncinatum 3 juin 2005 08:27, par truffe21

            Pour les personnes que ceci peut intéresser, une conférence débat animée par Monsieur WEHRLEN, Chercheur à l’INRA de Nancy sera organisé par la Truffe Côte d’Orienne à Marcilly sur Tille (21), salle du Monument le 18 juin 2005, à 9h30 précises

            Le sujet abordé :

            Création d’une truffière à partir d’une terre agricole, friche ou forêt.

            La sylviculture truffière .

            Voir en ligne : Lire aussi les différents articles sur le sujet.

            Répondre à ce message

          • > Futur planteur uncinatum 4 juin 2005 09:32

            M DG, pour répondre à vos 3questions :
             le terrain prime et le plant mycorhizé a un role négligeable.
             le terrain est aussi important que le plant mycorhizé.
             le plant mycorhizé et de bonnes conditions culturales permettent de récolter. 1/ C’est le sol et lui seul qui permet d’avoir des truffes, les exemples qui le prouvent sont très, très nombreux. 2/ C’est le terrain et lui seul qui est important, malheureusement on ne connait pas les critères d’un sol favorable à la truffe. 3/ On ne sait pas s’il faut pratiquer des conditions culturales et de toute manière cela ne sert à rien si le sol n’est pas favorable. Conclusion on ne peut obtenir des truffes que si le sol est favorable et ce n’est pas un plant soit-il mycorhizé à bloc qui permettra d’en avoir. Denis

            Répondre à ce message

          • > Futur planteur uncinatum 5 septembre 2005 18:00

            Mr Didier, puisque vous me citez, je vais essayer de répondre à vos interrogations. Ce qu’il faut déjà savoir c’est que l’on ne peut comparer ce qui se passait fin 1800 et aujourd’hui car le climat à changer mais ce qui est le plus important ceux sont les sols qui se sont extrémement pollués, or la mélano à la différence des autres truffes a besoin d’un sol propre ce qui devient de plus en plus rare. Je ne pense pas me tromper en disant que la mélano va devenir aussi rare que la magnatum. Pour les arbres, je continue à dire que les plants mycos et ce pour la mélano, n’apportent rien de plus qu’un gland semé surlequel on aura mis un peu de truffes broyées et celles de novembre. En effet le sol reste le seul dénominateur à permettre l’obtention de truffes et vous en avez la preuve, à condition de ne pas vouloir nier l’évidence, que si les plants mycos étaient vraiement le seul facteur à permettre l’obtention de truffes, pourquoi dans une parcelle on ne trouvera des truffes que sous une très petite quantité d’arbres ? Tout simplement parce que les éléments composants un sol varient parfois tous les mètres, dans ces conditions que vous plantiez un plant myco ou un gland, le résultat sera identique en fonction des conditions de sol. Par contre l’arbre mycorhisé à même le sol sera plus longtemps performant car plus résistant aux agressions. Donc, pour avoir de la mélano il faut partir sur un sol vierge et non pas derrière une friche ou bois comme cela est indiqué dans un message, car dans ces conditions c’est l’échec assuré. Enfin pour conclure, je pense que c’est trompé les gens en parlant de culture de truffes car à part porter de l’eau il n’y a rien d’autre à effectuer, ce qui veut dire que c’est dame nature qui controlera le tout. bien à vous CM

            Répondre à ce message

            • > Futur planteur uncinatum 6 septembre 2005 10:06, par DG

              Merci de votre intervention.

              Didier.

              Répondre à ce message

            • > Futur planteur uncinatum 8 septembre 2006 16:03, par Atos

              Bonjours, « je lis il faut partir d’un sol vierge et non pas d’une friche »… Sur de très anciennes pâtures dans le Larzac, je me destine à racler les herbes, planter et arroser avec diffuseur poreux si besoin. ceci à titre familial. qu’en pensez vous ? Avec espoir de nombreux avis et peut etre de voisins.

              A

              Répondre à ce message

      • > Futur planteur 27 mai 2009 15:10, par christophe

        je désire acheter des plans truffiers agri truffes mais aprés ce que je viens de lire, je me demande si c’est une bonne idée si c’est pour planter des arbres truffiers juste pour avoir du bois. Je voudrais savoir si quelqu’un a planter des arbres agri truffe quels en sont les résultats. merci christophe

        Répondre à ce message

        • > Futur planteur 29 mai 2009 09:50, par Didier

          Planter c’est simple mais choisir le terrain propice est peut-être plus délicat…. Faute au terrain ? Fautes aux arbres ? L’un OU l’autre ; l’un ET l’autre ? Dans la vie, il vaut mieux vérifier par soi-même, allez à la source ! Allez les voir, téléphonez-leur, il y a des travaux et conférences également à télécharger. Ils vous communiqueront peut-être des adresses. etc. Ainsi vous pourrez vous faire une idée sur le terrain et pas uniquement sur des propos lus sur internet.

          Répondre à ce message

    • > Futur planteur et ancien planteur 14 novembre 2005 23:18, par Mr Lafarge

      Certes le pH est important,mais d’autres facteurs le sont encore plus,comme le réchauffement printanier,la fissuration des roches,la profondeur du sol,la perméabilité,l’orientation.

      Le plus souvent c’est la présence de cailloux qui permet le réchauffement de ces terres dites froides au vu de leur composition fortement argileuse.Donc méfiance,le pH peut vous induire en erreur.Je vous invite à visiter mon site).Vous y trouverez les essences que je mycorhize sans licence INRA,dieu soit loué !Toutes les truffes sont contrôlées une à une. Les meilleurs plants sont produits en petit nombre par des pépiniéristes passionnés.

      Jacques

      Répondre à ce message

      • bonjour

        je suis néophyte en matière de truffe mais j’en ai planté environ 400 pieds il ya maintenant 7 ans nous avons de beaux brûlés et un champignon bizarre (scéroderme variqueux ) qui pousse au printemps au pied de certain arbres est-ce bon ou pas pour l’arbre mais toujours pas de récolte il faut dire que nous ne savons pas quand il faut commencer dans l’attente d’une réponse amicalement annie

        Répondre à ce message

        • > Sclérodermes 28 avril 2006 10:35, par DG

          Bonjour,

          La présence de Scleroderma verrucosum peut a priori provoquer aussi des brûlés et devenir un concurrent sérieux de la truffe… Le mycélium de Sclérodermes était déjà installé avant la plantation de vos arbres. Mais je n’en sais pas beaucoup plus sur le sujet. Pour savoir si vous avez des truffes, le mieux est d’utiliser un chien truffier à la prochaine saison. Au bout de sept n’attendez pas de miracle, vous pourrez peut-être en trouver une paire. Si vous connaissez un technicien dans votre région, vous pourrez, en attendant, faire quelques sondages pour analyser les mycorhizes. Sachez que la présence de mycorhizes n’implique pas forcément une production… De même que la présence de brûlés ne signifie pas forcément « récolte ».

          Je me renseigne plus en détail pour les sclérodermes.

          Répondre à ce message

      • il faudrait nous donner l’adresse de votre site pour que l’on puisse aller le visiter

        amicalement annie

        Répondre à ce message

      • Futur planteur / absence de cailloux compensée par 24 octobre 2013 14:25, par BEOTIEN

        Bonjour,

        L’absence de cailloux ne peut-elle être compensée par l’apport d’un paillage (aéré) sombre ?

        Répondre à ce message

  • > Futur planteur

    16 août 2005 17:24

    sur le net j’ai vue une pepinière au vigan . le site www.pommiers.com/truffe et chene truffier

    Répondre à ce message

  • > Futur planteur

    10 novembre 2006 11:06

    les pépinières Ribes roger à Palau del Vidres à Perpignan sont certainement une grande référence en la matière .De plus ce monsieur mène les expériences chez lui ….

    Répondre à ce message

    • > Futur planteur 10 novembre 2006 18:10

      Ribes est un beau parleur et à l’écouter tu auras des tonnes de truffes, mais voila c’est comme la chanson, paroles et paroles etc.. j’ai pas mal d’amis dans les PO et je connais tres bien le personnage, c’est surtout une référence pour semer la m….CM

      Répondre à ce message

      • > Futur planteur 2 janvier 2008 17:41

        Bonjour mr. Tout d’abord je viens vous souhaiter une très bonne année 2008 à vous et votre famille, qui d’après vos dires sur mr Ribes ne doivent pas s’ennuyer tant votre analyse sur cet homme reste simpliste et remarcable de petitesse et pour cause : lorsque l’on connais quelqu’un comme vous prétendez connaitre Roger, c’est qu’il ressemble à un ami. Alors cher Mr l’inconnu, avec tout le respect que je pourrais avoir pour vous, si votre courage ressemble étroitement à votre ramage(en miniscule bien entendu), je vous invite de rester anonyme afin que vos amis ne vous reconnaissent jamais car ils se demanderaient se que vous pensez deux. Pour finir, car une précision s’impose, j’ai fais récemment la connaissance de Roger car lorsque on est Paysan comme lui on crée rapidement un dialogue de professionnel, de technitien de la Terre, et on S’APPELE autrement que Mr. Non seulement il est un grand homme de la nature, un véritable puis de science de la Terre mère de par son Don d’observation, mais de surcrois il a su s’entourer de personnages digne des recherches qu’il mène. On n’aime pas Roger car il est hors des sentiers battus et ne travaille qu’aux travers de ses propres règles et convictions. A recommender tout simplement aux gens qui croient en d’autres choses qu’en des règles bien établient. steph-corbières@hotmail.fr

        Répondre à ce message

        • > Futur planteur 2 janvier 2008 18:02

          cher Monsieur, je vous remercie de vos bons voeux, recevez les miens en retour. Maintenant concernant votre message, je ne fais pas comme certains qui se cachent derrière des pseudos, CM ou si vous préférez CAZAUX Maurice, comme cela vous ne pourrez pas dire que vous ne savez pas qui met le message. J’ai écrit ce que je pensais sur roger RIBES que je connais effectivement tres bien mais qui n’est pas pour autant un ami. Vous savez (vous devez être jeune) les amis on en a autant que l’on veut du moment où vous donnez, mais quand vous donnez plus rien les amis sont comme la neige ils fondent. maintenant si vous trouvez que mes propos sur Roger RIBES ne correspondent pas à la réalité, allez faire un tour auprès des véritables hommes de la terre dans les PO et posez leur la question.CM

          Répondre à ce message

  • > Futur planteur

    28 janvier 2007 16:56, par NILEP

    Je possede un terrain dans la vallee du rhone dans la region de vienne .Pouvez me dire si cette region peut convenir a la culture d’ arbres truffiers .Merci de bien vouloir me repondre merci.

    Répondre à ce message

  • > Futur planteur

    1er mars 2007 14:38, par Skarnik

    Bonjour, j’habite la plaine de beaucaire et aimerais savoir si notre type de terrain (costières de nimes) est apte à la trufficulture. merci

    Répondre à ce message

    • > Futur planteur 1er juin 2007 18:08

      Bonjour,

      Pour être sur des aptitudes de votre sol…il n’y a qu’une seule est unique solution véritable : l’analyse de terre après prélèvement d’échantillon représentatif (environ 70 €)

      Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Truffiere de Saint Remy | Facebook Truffière | Contact partenariat |