Une chienne urgentiste... - L'univers de la truffe
Cliquez sur les feuilles pour les enlever
L’univers de la truffe

Accueil > Comportement du chien > Une chienne urgentiste...

Une chienne urgentiste...

lundi 19 juin 2006

Lisez cet article ! Cela fait du bien à l’heure où les médias ne nous présentent que des rottweilers meurtriers — ils oublient d’ailleurs de nous dire que les petits chiens peuvent être aussi des « mordeurs » avec une force de machoire moins puissante évidemment, mais cela relève du même problème…

Lundi 19 juin 2006, 18h22 Une chienne sauve son maître en appelant les urgences

MIAMI (AFP) - Pris d’un malaise dû à son diabète, Kevin Weaver, 34 ans, n’a dû son salut qu’à sa chienne Belle, un beagle de 3 ans, qui a su non seulement diagnostiquer son état mais appeler les urgences à temps. Belle a en effet trouvé le téléphone portable de son maître et appuyé sur le 9 avec les dents, comme elle l’avait appris durant son dressage. Comme le numéro des urgences était ainsi préprogrammé, l’ambulance était sur les lieux quelques minutes plus tard.

Lundi, Belle devait être le premier animal à recevoir le prestigieux prix de la fondation VITA, qui vise à promouvoir le rôle des téléphones portables dans les situations d’urgence.

« Je suis convaincu que si Belle n’avait pas été avec moi ce matin-là, je ne serais plus en vie aujourd’hui », a déclaré Kevin Weaver. « Belle est plus que mon sauveur - et elle est ma meilleure amie », a-t-il ajouté.

M. Weaver avait acheté Belle quand elle avait deux ans, au départ pour lui tenir compagnie. Mais quand il avait entendu parler d’une association basée à Atlanta (Georgie, sud-est), spécialisée dans le dressage des chiens pour diabétiques, il avait décidé de lui faire suivre ce programme.

Belle sait ainsi repérer le niveau de sucre dans le sang de son maître, rien qu’en le léchant et en reniflant le bout de son nez plusieurs fois par jour. Quand le sucre chute à un niveau insuffisant, elle peut le prévenir en gémissant et en lui donnant quelques coups de patte.

Le 7 février dernier, Kevin Weaver ne s’était pas senti bien en se réveillant, chez lui à Ocoee (Floride, sud-est). Belle avait gémi et lui avait donné un coup de patte, mais il avait seulement cru qu’elle voulait sortir.

Quelques minutes plus tard, il faisait un malaise, et la chienne appuyait aussitôt sur le 9 du portable.

Répondre à cette brève

2 Messages de forum

  • Le chien peut donc désormais remplacer l’homme et en plus l’homme soignant !!!Je pense qu’il ne faut pas se tromper entre le chien, médiateur dans la thérapie et l’anthropomorphisme ignorante de certaine personne. Certes, le chien a l’odorat beaucoup plus développée que la notre et une capacité d’analyse de l’humain et son environnement plus rapide, aussi. Maintenant, l’intelligence du chien est ce que l’on en fait et comment on l’utilise et pas dans la manière de la percevoir. Donc, je suis d’accord pour affirmer qu’il s’agit d’un très bon chien dans le travail qu’il effectue avec cette personne diabétique et qu’il a surtout reçu une très bonne éducation par un très bon éducateur humain. La vérité ne ferait pas plus dans ce sens et dans notre capacité à penser de manière réfléchie ??? Bonne méditation, la question reste entièrement et je suis prête à m’entendre sur ce sujet…christelle

    P.S : en réponse aux « rothweillers mordeurs » : le chien n’est que le reflet que ce que nous sommes, donc se qu’il peut nous apporter se mérite…l’aggressivité d’un chien n’est que le miroir d’un état de crise, a contrario, Belle illustre le lien « magique » de la relation Homme-Chien….

    Répondre à ce message

    • Merci Christelle pour ce message. Les drames entre l’homme et le chien ont souvent effectivement pour origine cette manière de considérer le chien comme un humain avec un libre-arbitre, des sentiments humains etc. et l’agressivité résulte de cette place trop importante qu’on lui donne parfois au détriment même des autres membres de la famille. Le chien fait souvent parti d’un système familial où chaque membre de la famille investit sur l’animal des rôles plus ou moins consciemment ; l’expression de certains comportements déviants du chien doivent être analysés, à mon sens, aussi comme les symptômes d’un malaise dans la communication de la bulle familiale.

      Pour en savoir plus je conseille de lire les travaux sur le sujet de Patrick Pageat et de Joël Dehasse.

      Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Facebook | LinkedIn | Contact |