Site « rond de sorcière » - L'univers de la truffe
Cliquez sur les feuilles pour les enlever
L’univers de la truffe

Accueil > Commercialisation > Site « rond de sorcière »
KonKours.com

Site « rond de sorcière »

jeudi 28 décembre 2006

On vient de me communiquer cette adresse : www.rondsdesorciere.fr. L’interface de ce site est magique. Allez visiter ce site et dites-moi ce que vous pensez de cette idée commerciale. Je connais d’autres personnes qui ont eu cette idée, est-ce vraiment réalisable ?

A lire aussi le blog de Ronds de Sorcière

DG

Voir en ligne : Entreprise Ronds de Sorcière

Répondre à cette brève

35 Messages de forum

  • > Site « rond de sorcière »

    9 janvier 2007 11:25, par rabelaislebeau

    Bonjour je connais ce site,et je trouve l’idée interressante.Je connais bien ce principe d’actionnariat pour la vigne et cela marche bien,alors pourquoi pas pour la truffe ? C’est surement la possibilité de décupler la surface de plantation en réduisant l’investissement de départ.La difficulté c’est je pense,de trouver des actionnaires patients et passionné qui accepteront l’incertitude du résultat. Bonne chance à eux,car on ne peut pas dire aujourd’hui que le milieu de la truffe soit « ouvert » à ce type de projet…Dommage pour la truffi…culture…

    Répondre à ce message

    • > Site « rond de sorcière » 9 janvier 2007 20:12

      187 euros un plant, si ça c’est pas de l’arnaque, mais il y a tellement de gens à plumer que ce genre de propositions de plus remplies de mensonges sont de plus en plus fréquentes. Denis

      Répondre à ce message

    • Nouveau, notre pack spécial truffes 10 janvier 2007 10:22

      Bonjour, notre pack comprends 5 chênes verts 1 sac de substrat avec des composants nécessaires pour avoir des truffes et le petit guide qui vous expliquera tout. Le prix est de 100 euros et il est réservé aux particuliers. Pour toutes questions écrivez nous à : latruffe@wanadoo.fr Notre stock est limité alors n’attendez pas. Denis

      Répondre à ce message

      • Denis, si j’achete vos plants et que je les plante suis je certain de recuperer de la truffe ? Et laquelle vais je récolté ? J’ai été sur le site de differents pépinieristes et de l’INRA, la terre et le climat reste le principal facteur de la réussite, sans parler de la secheresse. Je suis allé voir le site de ronds de sorciere, ils parlent d’une solution clé en main, d’une terre analysée, de protection, d’entretien etc… Vous vendez des systemes de protection ? Sur ce blog je lis que l’on se fait voler les arbres… Qu’est ce que vous en pensez ? Ai-je plus de chance de récolter avec vos arbres dans ma terre (departement Loire) qu’avec les leurs dans leur terre ? Les 2 solutions sont interressantes, mais je ne suis pas doué avec les plantes. Pourquoi eux sont des arnaquueurs et pas vous ? Eux me proposent d’acheter une partie de laur truffiere, ils ont une obligation de résultat au moins vis a vis d’eux. Mais vous qui me dit que vos arbres sont vraiment des chênes greffés ? Cordialement OG

        Répondre à ce message

  • > Site « rond de sorcière »

    6 février 2007 11:57

    >Bonjour, Pour ma part , étant moi-même trufficultrice je suis scandaliusé par ce genre de site. Selon eux ,vous « parrainez » un truffier à 184€ , mais celui-ci n’est pas encore planté donc avant de voir la couleur de la moindre truffe il vous faut attendre environ 8ans (5ans selon eux). Un chênes truffié coûte entre 15€ et 25€, ne croyez vous pas qu’il vos mieux le planter chez soi et de bénéficier de la totalité de votre récolte. De plus certains passages du site sont des copiés collés du site de Saint Alvère : www.truffe-perigord-noir. Pour moi au dela de l’idée commerciale il y a une vrai arnaque . Une trufficultrice de Dordogne

    Répondre à ce message

    • La réponse de « Ronds de Sorcière » Comme vous pouvez l’imaginer, je ne peux lire ceci sans réagir. Nous avons à plusieurs reprises, échangé, croisé nos idées avec différents acteurs de la trufficulture française, producteurs, pépiniéristes, FFT, chercheurs INRA etc… Mis à part leur passion commune pour la truffe, ils m’ont tous dit, a mon grand étonnement, que le milieu de la trufficulture était truffé de personnes jalouses voir haineuses. Je pensais, naïvement que ce sujet était rassembleur, conviviale. Il n’en est rien. Chez « Ronds de Sorcière » nous n’avons pas cette approche. Aujourd’hui nous avons 15 ha d’une superbe terre planté de 4200 chênes, mycorhizés avec la melano et certifié INRA. Notre passion nous la faisons partager avec tous ceux que la truffe fait rêver (il en existe encore). En revanche il n’y a pas dans nos rangs (de chênes ou de passionnés) de places pour ce genre de personne, qui au lieu d’investire leur énergie à faire évoluer la trufficulture préfère dénigrer (pour rester poli) les autres trufficulteurs. Ceci ne montre qu’une seule chose c’est l’étroitesse d’esprit de ces gens. La trufficulture française souffre de ces gens qui au lieu d’augmenter la production et de partager avec à la plus part d’entre nous ce diamant noir, préfère étouffer et garder pour eux ce petit trésor si rentable à leurs bourses. Pour 187€, vous devenez propriétaire d’un chêne truffier certifié INRA, planté dans des terres propices, entre-tenue et ceux durant la vie de l’arbre, comment peut-on dire que soit de l’arnaque ? Ce qui fait, pour 7€50/ans un minimum de 50gr de truffe durant les 25 ans de production ? Comment peut-on dire que l’INRA qui travaille la symbiose du chêne et de la truffe, arnaque le milieu de la trufficulture depuis plus de 35 ans ? Chacun pourra à sa guise rechercher sur le net toutes les infos pour confirmer mes dires. Cordialement Olivier de Guyenro Ronds de Sorcière.

      Répondre à ce message

    • > Site « rond de sorcière » 14 février 2007 09:56, par Gaille

      Chère « trufficultrice de Dordogne »,

      Essayons d’être un minimum rationnel et n’aillons pas peur des nouvelles expériences :

      1. Parrainage : il s’agit en fait d’acheter un chêne et de confier à « Ronds de Sorcière » sa transplantation sur des terres propices, clôturées, irriguées, son entretien et la récolte, ceci en échange d’une somme forfaitaire de départ et de la moitié de la production fédérée sur la parcelle concernée. Le parrainage consiste simplement à faire acheter par une connaissance, un chêne ; 2. Chêne truffier : comme chaque trufficulteur averti le sait, il y a chêne truffier et chêne truffier : « Ronds de Sorcière » a choisi des chênes mycorhizés par la technique la plus éprouvée, réalisée par le leader français et contrôlée par l’INRA. Ces chênes sont les plus âgés que l’on trouve sur le marché, en godet de 3 litres et donc avec un développement racinaire qui permet une reprise optimale ; 3. Temps avant la première récolte : selon l’expérience actuelle de nos partenaires, quand l’itinéraire technique est optimal, les premiers brûlés apparaissent 2 ans après la transplantation et les premières truffes 4 ans après. Par prudence, nous comptons 5 ans. Cependant, il s’agit des « premières » truffes, l’optimum de la récolte se situant plus autour de 10 ans. Il faut savoir de quoi l’on parle exactement ; 4. Prix : les chênes que nous utilisons coûtent plus de 25 euros. Par contre, vous pouvez trouver, sur le marché, des chênes « mycorhizés » meilleur marché, à des prix même inférieurs à 15 euros. Cependant, le choix des chênes est selon « Ronds de Sorcière » un des points essentiels et nous préférons dépenser plus sur ce poste ; 5. Plantation chez soi : pour « Ronds de Sorcière », nous touchons ici à l’origine du projet : beaucoup de personnes, un peu épicuriennes dans l’âme, souvent citadines, aimant la truffe traditionnelle, aimeraient produire leur propre « melano » car ils sont déçus de la qualité et des prix pratiqués. Le parti pris de « Ronds de Sorcière » est de penser que la trufficulture bien conduite est un métier et qu’il ne suffit pas d’acheter des plants mycorhizés et de les planter chez soit pour avoir, un jour, des truffes. Nous avons rencontré, lors du montage de notre projet, des personnes ayant fait confiance à ces vendeurs de plants et qui n’ont jamais récolté une seule truffe. Ca c’est de l’arnaque, de la vraie ! Nous pensons au contraire que, pour mettre toutes les chances de notre côté, il faut « mutualiser » la production de truffes (c’est la parcelle qui détermine le poids de truffes qui revient à chaque « farfadet ») et la professionnaliser au maximum (utilisation de l’itinéraire technique le plus avancé même s’il est le plus coûteux, expérimentations dans le but d’améliorer les techniques culturales…) ; 6. Arnaque : le mot est blessant, surtout venant d’une « trufficultrice de Dordogne », donc une professionnelle qui connaît les données de la trufficulture (savoirs et doutes, investissement). En réfléchissant un peu cependant, 187 euros correspond à l’achat du meilleur arbre que l’on trouve aujourd’hui sur le marché, la location d’une terre correspondant, selon l’état de nos connaissances, à l’idéal (nous ne l’avons même pas encore amendée tellement sa structure et sa composition sont idéales), l’équipement de cette terre (clôture et irrigation, trop souvent oubliées), la transplantation (connaissez-vous le coût de celle-ci quand elle est faite selon les règles de l’art ?) et l’entretien jusqu’à la récolte. Faites vos comptes… Ensuite, « Ronds de Sorcière se rémunère non pas sur des coûts fixes mais sur un résultat (la moitié de la production), sans compter, en fin d’exploitation de l’arbre que, un chêne de 25 ans (peut-être 30) pourrait être revendu, par son »fafadet« (propriétaire) en bois de chauffe plus de 187 euros. Et certains voient une arnaque ? Nous invitons tous les »professionnels« de la trempe de cette »trufficulteuse de Dordogne« a prendre leur calculette ! Ou bien pense-t-elle que, comme rien n’est sûr (quantités réellement récoltées, prix de la mélano dans 10 ans…), c’est forcément de l’arnaque. Mais là encore, toute personne cartésienne ne se fera pas avoir par de telle pratique de dénigrement irrationnelle. C’est en tout cas le cas des centaines de farfadets qui ont déjà rejoint »Ronds de Sorcière" ;

      En conclusion, merci à « truffière.org » d’avoir trouvé l’idée de parler de « Ronds de Sorcière » intéressante : les remarques très « légères » d’une bloggeuse nous auront permis d’expliquer notre démarche à tous ces futurs « farfadets » épicuriens qui savent faire la différence entre une arnaque et un investissement rentable. Merci à Rabelaislebeau qui doit être un peu épicurien sur les bords et qui est un véritable « farfadet » en puissance. Et puis, pour encore plus d’infos et rentrer dans le « Cercle de la Sorcière » : www.rondsdesorciere.fr.

      Gaille

      Répondre à ce message

      • > Site « rond de sorcière » 14 février 2007 20:25

        Bsr Rond de sorcière, Vous parlez de calculer car vous dites que vous n’arnaquez pas les gens ? Je vais commencer par la fin de votre message vous dites que vous vendriez votre arbre en bois de chauffe pour plus de 187 euros ? Première arnaque car la stère de bois de chauffe se négocie à env. 45/50 euros et votre arbre sera loin de faire une stère. Arnaque 2 vous dites que vous avez un terrain super extra pour la truffe ? Comment pouvez vous le savoir étant donné que même à l’INRA ils ne savent pas à quoi ressemble un bon sol à truffes. Arnaque 3, et là c’est vous qui êtes arnaqué si vous payez des plants plus de 25 euros car avec vos plants vous n’avez aucune certitude d’avoir des truffes car si cela était vrai on aurait des truffes plein les marchés. Quant au chene truffier vous avez déjà un droit de réponse qui a été mis, ça c’est de la fumisterie car dire qu’un chene est truffier alors que cettes espèce n’existe pas il faut vraiement que cette magouille arrête car cela s’appelle de la pub mensongère. Quant à dire que vous aurez énormément de truffes dès la 10 ème année c’est que vous avez un don de voyance et là je vous conseille de monter un cabinet de voyance vous aurez beaucoup de clients. Salutations CAZAUX

        Répondre à ce message

        • > Site « rond de sorcière » 15 février 2007 12:26, par Gaille

          Cher Casaux, (votre pseudo ne viendrait-il pas du Gers, pays de mes ancêtres ?)

          Je vous réponds bien que beaucoup de vos remarques soient semblables à celles de CM, auxquelles j’ai répondu. Pourquoi tant d’agressivité ? Votre message comporte 14 lignes : vous utilisez 5 fois « arnaque », une fois « magouille » et une fois « fumisterie ». En dehors du fait que ça ne fait pas franchement plaisir d’être dénigré comme ça, même si ça reste anonyme (c’est souvent bien pratique), je m’interroge. Avez-vous vécu des expériences douloureuses dans le domaine de la « trufficulture » (attention ! Je crois que ce terme n’existe pas et qu’il s’agit d’un abus de langage.) ? Etes-vous contre les nouvelles expériences ? Faites-vous également partie des gens qui pensent que tant qu’on ne connaît pas TOUT, on ne fait RIEN ?

          1. Définitions : pour « arnaque », voir ma réponse à CM. Pour « magouille », je pense que c’est un synonyme de « arnaque » ? Pour « fumisterie », selon moi c’est plutôt quelque chose qui n’est pas sérieux. Beaucoup de jugements, donc, subjectifs, qui ne repose sur aucun fait. Passons…

          2. Arnaque 1 : vous semblez bien connaître le prix du bois de chauffe du groupe G1 actuel et je suis en phase avec vous. Connaissez-vous le prix de ce même bois de chauffe en 2037 ? Quel volume selon vous fournira un chêne mycorhizé entretenu et irrigué de 30 ans ? 187 euros, c’est peut-être très bien évalué mais nous utilisons toujours le conditionnel quand nous parlons de revenus et, dans les calculs de rentabilité, nous ne tenons jamais compte du prix du bois à 30 ans. Rassuré ? Là encore, d’une information fournie au conditionnel (relisez bien ma réponse d’hier), vous concluez à une arnaque : excellent !

          3. Arnaque 2 : à vous lire, celui qui veut investir dans la production de truffes a seulement deux choix possibles : soit attendre que les connaissances soient totales (et en attendant acheter des truffes noires chinoises ou vos truffes issues exclusivement de truffières spontanés), soit planter ses arbres (non mycorhyzés puisque l’on ne sait pas s’ils vont donner de la truffe) sur n’importe quel terrain (les caractéristiques du terrain on s’en fiche puisque personne ne les connaît avec précisions). « Ronds de Sorcière » pense qu’il y a une troisième voie qui doit visiblement gêner certains. Mais pourquoi ? Mystère…

          4. Arnaque 3 : l’intérêt aujourd’hui d’utiliser des arbres mycorhysés et sélectionnés ? Ne seriez-vous pas en train de traiter d’arnaqueurs les pépiniéristes qui produisent ces plants ? « Ronds de Sorcière » pense que ce n’est pas une arnaque et c’est notre choix délibéré : mettre toutes les chances de notre côtés même si c’est plus cher à la plantation et qu’il y des doutes sur les volumes de production future. C’est ce qu’on appelle « prendre parti ».

          5. Voyance : il me semble que vous confondez « voyance » et « prise de risque », « polémiques » et « faits »… Je suis pour ma part de formation scientifique (vétérinaire), ait 15 ans d’expérience dans la production agricole spécifique nécessitant des investissements importants (des systèmes proches de la « trufficulture ») et je vous donne volontiers rendez-vous dans quelques années où nous pourrons reparler de tout cela autour de « ma boulle de cristal » et de votre « oiseau de mauvaise augure ».

          Si vous désirez poursuivre cet échange à découvert, nous sommes à votre disposition.

          Gaille

          Voir en ligne : www.rondsdesorciere.fr]

          Répondre à ce message

  • > Site « rond de sorcière » - Droit de réponse

    14 février 2007 13:50, par Webmaster de ce site

    Monsieur CM me demande, à titre de droit de réponse, de publier sa remarque au sujet du terme « Arbre truffier » et du concept « Rond de Sorcière » : « Oui rond de sorcière est une arnaque car PERSONNE ne peut savoir si un sol est favorable à la truffe et ce ce n’est pas en plantant des *soi-disant chênes truffiers* certifiés INRA que vous aurez des truffes, car l’appellation *chêne truffier* est aussi une arnaque car le chêne truffier N’EXISTE PAS. »

    Note : Ce courriel qui m’a été adressé était accompagné d’une copie d’un mail provenant d’un membre d’un organisme de recherche qui dit explicitement dans son courriel que l’appellation « Arbre truffier » est un raccourci de langage. Le courrier étant nominatif, vous comprendrez que je me refuse à le publier ici sans l’accord de l’auteur.

    Répondre à ce message

    • > Site « rond de sorcière » - Droit de réponse 15 février 2007 11:09, par Gaille

      Cher Monsieur CM,

      1. Sol favorable : pour « Ronds de Sorcière », un sol favorable est un sol qui, selon l’état de nos connaissances, possèdent certaines caractéristiques en terme de composition, de texture et de profil. Il est évident que les connaissances vont encore s’améliorer. Certains, peut-être comme vous, préférerons attendre de connaître, complètement et scientifiquement, toutes les caractéristiques requises avant de planter le moindre sujet. En résumé, les domaines de « Ronds de Sorcière » ne sont pas constitués de terrains acides, non drainants, orientés au Nord et « contaminés » par d’autres espèces de Tuber. : ils « ressemblent » à du causse ;

      2. Chêne truffier : nous utilisons ce terme apr finalité, comme nous utilisons le terme « chien caveur » (pourtant le mot « caveur » n’existe pas et il n’existe pas non plus de Canis cavadorus). Selon nous, un « chêne truffier » est un chêne que l’on reproduit, plante et entretien dans le but de produire de la truffe. Nous ne connaissons pas ses caractéristiques génomiques spécifiques : il s’agit de Quercus ilex, multiplié à partir d’individus qui produisent naturellement (spontanément) de la truffe, sans que l’on sache vraiment pourquoi, et qui sont « mycorhizés » par la technique que nous jugeons la plus avancée, même si des recherches d’amélioration continuent. Il y a de très bons « chênes truffiers » et de très mauvais (aucune truffe récoltée) comme il y a de bons « chiens caveurs » comme de très mauvais…

      3. Arnaque : puisque l’on est dans la sémantique, quelle est votre définition de l’arnaque ? Et connaissez-vous les définitions de « médisance » et « ragot » ? Car vous imaginez sans doute la portée de votre accusation. Une arnaque, à nos yeux, résulte d’une volonté délibérée et organisée de tromper. Pour vous rassurer, l’unique volonté délibérée et organisée de « Ronds de Sorcière » est de permettre à certains de participer à une aventure (qui présente bien sûr des risques comme toute aventure agricole, mais particulièrement celle-ci) : celle de produire de la Tuber melanosporum en utilisant les connaissances actuelles.

      Comme vous paraissez attaché à la bonne utilisation des mots, nous vous proposons quelques autres définitions à méditer : Un premier groupe : peur, couardise, commérage, dénigrement. Un autre groupe : volonté, enthousiasme, raisonnement, risque, réussite, plaisir.

      Merci encore pour vos remarques qui nous permettent de tester notre projet et nous confortent dans notre enthousiasme car nous pensons que, « de toutes les passions, la peur est celle qui affaiblit le plus le jugement ».

      Gaille

      Répondre à ce message

      • Bjr Mr Gaille, Vous voyez Mr, vous démontrez vous même que vous * arnaquez* les gens, l’arnaque étant le fait de tromper les gens en faisant miroiter des revenus sans aucune garantie. Vous avez *affirmé* dans des messages précédents que dès la 10 ème année les truffes seront présentes, aujourd’hui vous dites : permettre à certains de participer à une *aventure* et vous ajoutez qui présente des risques ????????????????????? Vous dites que vos sols sont * parfaits* ? PERSONNE ne connaît ce qu’est un sol parfait pour la truffe et quand vous ajoutez que votre sol n’est pas contaminé par d’autres espèces de tuber, là je dis c’est du délire car non seulement votre sol est certainement contaminé par d’autres tuber mais il faut que vous sachiez ( car vous n’avez pas l’air de connaître le milieu de la truffe) qu’il n’y a pas que les tuber qui sont néfastes mais tout un cortège de champignons, bactéries etc. Pour l’appellation chene truffier cela veut dire * variété de chene produisant de la truffe* or cette* espèce n’existe pas*, cela est confirmé par l’Inra, le CNPF, le Crpf, l’Onf. Par ailleurs, un arbre * ne produit pas de truffes* il émet un ou des mycéliums( on ne sait pas) qui fructifieront si les conditions de sol, météo, etc sont favorables et la truffette formée sera indépendante de l’arbre, donc l’arbre ne produit pas. Pour votre appellation *chien caveur* c’est la première fois que je l’entends, on dit un chien truffier pour abrégé un chien pour chercher la truffe. Oui je suis attaché à la bonne utilisation des mots, car en employant des mots mal appropriés on *trompe* facilement les gens. Et dire que l’on plante des *plants truffiers* c’est trompé les gens, car c’est faire croire qu’ils auront des truffes comme vous l’avez *affirmé*. Salutations CAZAUX

        Répondre à ce message

        • > Site « rond de sorcière » - Droit de réponse 15 février 2007 18:32, par Gaille

          Cher Monsieur Casaux,

          Persiste et signe à ce que je vois.

          1. L’arnaque, selon vous, est de faire « miroiter des revenus sans aucune garantie » : définition très créative. Bravo. Mais nous n’avons pas la même.

          2. Une aventure : vous ignorez sans doute qu’une culture, quelle qu’elle soit, est une aventure et qu’elle présente des risques. Non ?

          3. Contamination : effectivement, j’ignore tout du monde « obscure » de la truffe. Parfait. Je préfère faire confiance à des professionnels.

          4. Chêne truffier : faites vous une différence entre une « variété » et une « espèce » ? Moi, oui. Par contre, l’arbre ne produit pas de truffes, c’est vrai. Il les regarde pousser et se séparer de lui. Déchirure horrible.

          5. Chien truffier : c’est tromper les gens d’utiliser un tel mot, n’est-il pas ? Ca veut dire qu’il trouvera forcément des truffes. Quelle arnaque ! Nous lui préférons le terme de « chien caveur », un animal qui cherche sans forcément trouver, c’est plus honnête. Parce que, des chiens qui cherchent, on en trouve mais des chiens qui trouvent, on en cherche.

          Bon, ceci dit, je me suis « amusé » à répondre à vos messages mais je ne suis pas sûr de pouvoir le faire tous les jours. Il faut malheureusement se donner des priorités dans la vie. J’ai quand même le sentiment que l’on s’est tout dit, donc je suis satisfait.

          Restez donc sur vos idées et vos concepts qui n’auront pas atteint l’enthousiasme des « farfadets » (mauvaise définition et abus de langage, bien sûr) de « Ronds de Sorcière »

          Adichats (peut-être).

          Gaille

          Répondre à ce message

          • Bsr Mr gaille, C’est bien ce que j’ai dit vous ne connaissez rien à la truffe et vous faites appel à * des professionnels* ? Oui mais là vous avez un gros, même un tres gros problème car des professionnels en matière de *savoir truffier* cela n’existe que *dans les livres* ah oui j’oubliais les fameuses pépinières *certifiées par l’INRA* qui vous promettent 80kilos à l’hectare avec leurs fameux plants, mais voyez-vous monsieur comment pouvez-vous expliquer que la truffe se fasse si rare ? Alors oui je persiste dire qu’on aura certainement des truffes dans 10 ans c’est *ne rien connaître*. Non monsieur une culture que l’on maîtrise n’est pas une aventure, par contre pour la truffe où l’on ne maîtrise rien là oui c’est une aventure. Mais étant donné que vous êtes un néophyte en matière de truffes vous êtes donc une victime de plus de la pub mensongère faites dans ce domaine. Maintenant pour un chene de 30 ans cela m’étonnerait que vous en tiriez une stère même irrigué, là encore vous prouvez que vous n’y connaissez rien. Quand au prix de la stère dans 30 ans, peut-être que pour lutter contre l’effet de serre il sera interdit de couper les arbres mais avec votre don de voyance vous allez nous donner la réponse. Et croyez moi vos farfadets feraient mieux d’aller acheter des truffes car c’est un produit en voie de disparition car contre la nature on ne peut pas faire grand’chose. Salutations Cazaux

            Répondre à ce message

            • > Site « rond de sorcière » - Droit de réponse 16 février 2007 09:12, par Gaille

              Cher Professeur Casaux,

              Je ne peux que rester coi devant des démonstrations aussi brillantes. Je vais donc suivre vos conseils avertis et laisser faire la Nature.

              Merci encore pour tout.

              Gaille Le bleu de la truffe (Indigoferum tuberosum, nouvelle espèce mutante)

              Répondre à ce message

              • Mr Gaille, Alors si j’ai bien compris vous n’êtes qu’une personne qui ne sachant rien à la truffe, veut faire savoir qu’il sait tout grace à la lecture de livres et de propos tenus par des *soi-disant* pros de la truffe ? D’abord je ne suis pas professeur, ni pro de la truffe par contre au contraire de vous j’ai un long passé avec un cortège d’essais sur tout ce qui touche à la truffe. J’ai au contraire de vous fait planter plus de 500 hectares dans mon secteur car j’avais fait confiance à l’INRA et à ses fameux plants *miracles*.Aujourd’hui je regrette d’avoir fait planter tous ces gens car malheureusement il y a des arbres mais pour ainsi dire tres peu de truffes. Maintenant parlons un peu de vous. Quand je dis que votre opération est une arnaque vous le démontrez-vous même dans vos propos en effet sur votre site vous êtes d’une précision extraordinaire, on peut lire : Nous *maîtrisons parfaitement* la *culture de la truffe*. Vite des milliers de gens désirent savoir comment on maîtrise une culture qui n’existe que dans les livres, car le fait de planter un arbre pour avoir des truffes ne dépend que d’un sol favorable dont-on n’ignore les critères. Vous plantez 450 arbres à l’hectare comme cela ça fait un peu plus de pigeons à l’hectare car la densité qui convient est de l’ordre de 200:250 arbres/hectare. Vous AFFIRMEZ que votre *truffière*( est-ce qu’un lieu surlequel on a pas cavé de truffes est une truffière ?) peut produire jusqu’à 90 kilos (dans un de vos messages vous venez de nous dire que c’est du coté de Marseille que l’on tient ce discours ?) vous trompez donc les gens ? Et enfin pour être plus précis vous annoncez que la parcelle produira 53 kilos/hectare. Alors OUI monsieur vous êtes un arnaqueur. Salutations Cazaux

                Répondre à ce message

            • si j’ai bien compris 1) il ne faut rien faire ni entreprendre. 2) les livres n’apportent aucun renseignement ni ne relate aucune expérience. 3) Il ne faut pas écouter les conseils des uns et surtout pas ceux des autres. On en viendrait presque à penser que ceux qui produisent des truffes ne sont que des faussaires qui vendent un produit qui n’existe pas…ou peut être seulement à l’état naturel…enfin peut être… La truffe existe et c’est une réalité.Ceux qui réussisent à en produire existent également.Partant de ce constat j’en déduis qu’il n’est pas vain ni impossible de faire ce qui est déja fait.Est-ce une garantie de réussite…Bien evidemment non… Par contre 80kg /hect garantie…oui, j’affirme ne jamais avoir rencontré une personne,(même pas un marseillais) qui se vantait d’un tel résultat.Alors oui, il faut savoir raison garder et ne pas tomber dans l’illusion d’une perspective de production « marketing »qui nous ferais rêver et oublier le temps ,les difficultés,les investissements,et la somme de travail qui est necéssaire,non pas pour réussir, mais pour mettre en place les conditions que l’on pense être optimales pour espérer arriver à une production…Que certains atteignent aujourd’hui,que d’autres atteindront demain,et que d’autres encore n’atteindront jamais.Alors truffier ou non,trufficulture ou pas,spécialistes,écrivains, ce n’est pas pour moi dans des débats vindicatifs de terminologies et de définitions que se trouvent les solutions qui nous feront progresser(mais je suis néammoins daccord pour reconnaitre que les mots ont de l’importance et permet à chacun de parler de la même chose)…Allons,moins ne négationnisme,moins de désespérance, mais si parfois il est bon de rétablir certaines vêrités…Plus d’initiatives et de projets,plus d’échange et de partage.Tout n’est sûrement pas bon à faire, mais tout ce qui à permis et permet d’avoir ou non des résultats est bon à dire et à écrire, et bien evidemment à plus forte raison dans dans un domaine ou le savoir (« au sens propre » et la je suis aussi d’accord n’existe pas) est aujourd’hui uniquement la traduction d’un grand nombre d’expériences qui vont de la recherche scientifique à l’astrologie…Ou presque.Ne rejetons rien ni personne,restons critiques et objectifs.Ceux qui abordent la plantation uniquement sous son aspect commercial ne pourront être que des professionnels dans l’approche qu’il devront avoir vis à vis de leurs objectifs,mais également vis à vis ceux qui leurs auront fait confiance.Et même dans ce cas il n’auront aucune garantie de réussite…Moi et de façon trés personnel je sais que ce type d’expérience me séduit dans son aspect novateur,êt me rend également curieux d’un point de vue technique dans la conduite « cultural » de ces 15ha.Il serait sûrement interressant d’en connaitre le détail .Voila j’en termine pour aujourd’hui bonne journée à tous.alain qui croit pas à la fin du monde…Enfin pas tout de suite.

              Répondre à ce message

              • > Site « rond de sorcière » - Droit de réponse 16 février 2007 13:33, par Gaille

                Cher Alain,

                Merci pour ce message plein d’espoirs. Ca fait du bien d’entendre que l’expérience est une source importante de savoir…

                Nous vous invitons, si vous le désirez, à vous abonner à la lettre d’informations sur le site rondsdesorciere dans laquelle nous donnerons des nouvelles de notre plantation. C’est gratuit (donc ce ne peut être une arnaque…).

                Gaille

                Répondre à ce message

  • > Site « rond de sorcière »

    26 février 2007 11:44

    M Cazaux.

    J’ai lu avec intérêt vos propos. Vous avez l’air d’être averti quant a la culture ou non de la truffe. Aujourd’hui si j’ai bien compris, il n’y a pas d’arbre truffier, pas de sol ni truffière créer. En revanche étant intéressé par la trufficulture je me suis permis de rechercher sur le net des infos. Quel ne fut pas mon étonnement que de vous lire dans tout les forums et surtout de lire tout et son contraire. Quelques passages de votre plume (plutôt clavier, qui doit être brûlant vu les réponses)

    From : cazaux.m@wanadoo.fr


    Bonjour, J’ai décidé de faire profiter des passionnés de la truffe noire de mes 20 ans d’expérience. J’ai mis au point un amendement spécial truffes noires qui sera vendu avec le manuel« réussir sa plantation ».Pour plus de renseignements m’envoyez un mail ou m’écrire à : La truffe noire mas manely 34160 Saint Drezery

    From : cazaux.m@wanadoo.fr


    Bonjour, Il faudrait savoir dans quel département vous habitez pour pouvoir vous dire à qui vous adresser. Pour le manuel* Réussir vos plantations *, il sera offert à toutes personnes commandant l’amendement * spécial truffes *. Ce manuel comporte 7 chapitres réservés à : - le terrain - la vie dans le sol - l’essence - le climat - le travail - le dressage du chien Nombreuses questions/ réponses et plusieurs photos explicatives. Espérant avoir répondu à vos questions. Bien à vous CAZAUX

    From : cazaux.m@wanadoo.fr


    plusieurs espèces permettent d’avoir des truffes,mais si le sol n’est pas favorable on aura jamais de truffes.Les espèces d’arbres sont : chênes verts ou blancs (de préférence le pubescent) le pin noir d’Autriche,pin d’alep, tilleul,charme et noisetier. Mais il est préférable de prendre les chênes.Les arbres ne seront jamais des arbres truffiers,cette appellation est infondée,seul le sol peut être truffier.

    From : cazaux.m@wanadoo.fr


    il n’existe pas d’arbre truffier pour la simple raison qu’il n’y a pas de truffes quand le sol n’est pas favorable.Cette appellation est infondée et malheureusement elle ne sert qu’à tromper les gens.S’il existait vraiment des arbres truffiers la récolte serait de plusieurs centaines de tonnes alors que nous arrivons à peine à 15 tonnes.Je suis catégorique et je peux le démontrer.

    Et encore je limite vos messages, il y en a des tonnes (a si vous produisiez de la truffe comme vos mails …) Donc si je comprends bien y a ou y a pas de sol truffier ? Y a ou y a pas de plant mycorhizé ? Y a ou y a pas de connaissance sur la truffe ? Y a ou y a pas de solution pour faire pousser la truffe ? Y a en revanche un manuel et son engrais magique… Donc si je veux réussir, je ne peux que me retourner vers vous ? Personne, mis à part Maurice Cazaux, ne peut parler de truffe et de sa culture ? En revanche votre manuel existe bien, je crois que vous etes un professeur de la désinformation. Pour notre information, combien coûte le manuel et son sac d’engrais magique, certifié M. Cazaux, qui fait pousser les truffes même au pied des rosiers ? En effet vu qu’il n’y a pas d’arbre truffier, nous pouvons espérer trouver de la truffe grâce a votre sac magique au pied des Youkas (pratique quand on est en appart. « Chérie je vais gratter le ficus pour une bonne omelette aux truffes ce soir, Merci ki ? Merci Maurice Cazaux ») Je crois que vous désinformez pour vendre votre petit manuel.

    Et le meilleur pour la fin M Cazaux lance enfin des chiffres sur la production de truffes a l’hectare, bien entendu sur un terrain très favorable (j’y comprends franchement plus rien sur le terrain, favorable ou pas ?)

    From : cazaux.m@wanadoo.fr


    Bjr Sylvie, la réponse est simple entre 0,je dis bien 0 et 100k sur un terrain très favorable( mais il faut pas trop rêver). cordialement Cazaux

    A bien y réfléchir, je crois que Maurice Cazaux est un concept mais n’existe pas vraiment, c’est le nom que doivent se donner les pourfendeurs de la trufficultures (oops ça se dit pas !) Vu le nombre de messages de ce chevalier blanc de la truffe noire !!! On ne peut surveiller, écrire, répondre, insulter et cultiver ces 500 ha, tout ça en une seule personne… M. Cazaux est comme nos célèbres « Partisans », lorsqu’un Maurice Cazaux tombe un Maurice Cazaux sort de l’ombre à sa place… Maurice Cazaux est comme la truffe, un peu partout mais on ne sait jamais ou il peut sortir !!! Bon ben moi je vais élever des esturgeons en Aquitaine en espérant ne pas avoir un M. Cazaux du caviar…

    Répondre à ce message

    • > Site « rond de sorcière » 27 février 2007 08:48

      Bjr Rond de sorcière, C’est EXACT j’ai voulu savoir jusqu’où pouvait aller la naïveté des gens en disant que j’avais un amendement spécial pour la truffe. J’ai été surpris par le nombre de commandes, bien entendu je n’ai rien envoyé puisque cet amendement était *purement fictif* je vous défie de trouver 1 seule personne à qui j’aurais vendu ce produit, car au contraire de vous * je ne suis pas un arnaqueur*. Pour le manuel ce n’est pas pareil pour l’instant je ne le vends pas mais lui est réel.

      Pour l’arbre truffier vous démontrez que je dis *toujours* la même chose, l’arbre truffier * n’existe pas* cette appellation est * purement COMMERCIALE*. Confirmation de l’INRA,(document que j’ai envoyé à Monsieur Garzandat, webmaster de ce site) de l’ONF, du CNPF etc. affirmant que le chêne truffier N’EST PAS UNE ESPECE BOTANIQUE.

      Et pour cause comment appelez-vous des chênes sous lesquels on ramasse des cèpes, girolles, scléroderme,géastre, pisolytes, etc etc. est-ce que ce sont des chênes cépier, girollier, sclérodermier, etc. car le principe est le même que pour la truffe l’arbre étant mycorhisés par ces diverses espèces et * SUIVANT LE SOL* vous aurez telle ou telle espèce. Cela vous prouve que si effectivement on a (pour l’instant) besoin d’un arbre pour obtenir des truffes cela ne veut pas dire que l’arbre soit truffier mais que les conditions de sol et environnement favorables permettent l’obtention de truffes. D’ailleurs les exemples ne manquent pas combien de fois des arbres CERTIFIES mycorhisés par mélano ont permis d’avoir des truffes d’espèces différentes ou d’autres champignons ? des centaines voir des milliers de gens ont ce problème car ils ont cru à l’existence du chêne truffier et ils ont perdu toutes leurs économies car ils pensaient gagner beaucoup d’argent, comme certaines publicités l’affirment AVEC LEURS PLANTS TRUFFIERS VOUS RECOLTEZ 80 kilos/ hectare, faites le compte 5 hectare à 80 k = 400 soit 400K à un prix moyen de 300 euros cela fait 120.000 euros ??????????????? Tout le monde va devenir riche et vous avec votre parcelle de 15 hectares vous allez devoir payer l’ISF. Enfin, oui j’ai écrit que sur 1 Ha on pouvait avoir de 0 à 100kilos mais vous le dites vous même j’ai précisé qu’il ne fallait pas rêver. Alors oui JE SAIS DE QUOI JE PARLE car la réalité du terrain démontre tous les jours que ce que j’ai écrit est LA PURE VERITE. Et je suis à votre disposition pour vous démontrez sur le terrain à condition qu’il y ait des témoins que ce que j’ai écrit est vérifiable. Salutations CAZAUX Maurice

      Répondre à ce message

      • > Site « rond de sorcière » 28 février 2007 13:41, par rabelaislebeau

        Ai-je bien lu ? « voir jusqu’ou pouvez aller la naïveté des gens »moi j’appelle cela de l’abus de confiance…Et c’est le minimum.Comment peut on prétendre régulièrement revendiquer une quelconque crédibilité lorsqu’on reconnais s’être servi de celle-ci pour mesurer la crédulité de personne qui n’ont pour seul défault d’être des amateurs désireux de satisfaire une envie voir une passion.J’en tombe sur le Q.Comment dés lors, avoir confiance dans la compétence de celui qui par soucis de démontrer on ne sais quoi, abuse de ceux la même qui placaient en lui leurs confiances…Mais peut être n’avez vous aucun savoir ?….Ouf !..je préfere cela, c’est moins grave que ce que je pensais.Car vous savez monsieur, Il est moins grave de mentir si c’est pour apprendre…et fautes avouées….. alain

        Répondre à ce message

        • Bsr Mr Alain, un abus de confiance c’est d’arnaquer les gens quand *on sait* que l’on vend un produit sans aucune garantie. Je n’ai abusé de personne * puisque je n’ai rien vendu* donc vous ne pouvez pas me dire que j’ai abusé qui que ce soit. Tout le monde ne peut pas en dire autant puisque l’on vous * vend* des chênes truffiers* garantie par l’INRA alors que cet organisme reconnait que les chênes truffiers * N’EXISTENT PAS* Alors la OUI C’EST DE L’ABUS DE CONFIANCE. Alors Monsieur Alain garder vos sermons pour les VRAIS ARNAQUEURS mais c’est plus facile de venir me sermonner plutot que de vous attaquer à des organismes ou des gens qui vous arnaquent et qui ne sont jamais poursuivi et pourtant combien y-a-t-il de gens qui ont perdu leurs économies dans des plants soi disant truffier, Et bien des milliers Monsieur Alain et combien de plainte seulement une si je ne me trompe pas. Salutations CAZAUX Maurice

          Répondre à ce message

    • > Site « rond de sorcière » 28 février 2007 08:57

      Bjr rond de sorcière, puisque mes messages vous semblent non conformes à la vérité, je vous cite ce qui est écrit dans le rapport qui vient d’être remis au ministère de l’agriculture. *Quant aux rendements à l’hectare, en phase de production, ils se situent entre 0.500 et 3 kilos, selon que l’on est plus ou moins optimiste*. Alors vos 53 kilos/ hectare que vous annoncez dans votre pub pour faire croire aux gens qu’ils vont être propriétaires d’un magot est bien une tromperie, quant à vos 15 hectares que vous annoncez être extra et quand on sait que la structure d’un sol change bien souvent tous les mètres, cela prouve bien que vos différentes lectures ne vous ont rien appris de sensé, car si cela avait été le cas vous aurez mis un bémol dans vos messages. C’est par des agissements comme le votre qu’on* a tué la mélano* en faisant miroiter des revenus importants en considérant la truffe comme une *activité agricole*. or la truffe ne peut-être une activité agricole le texte de loi concernant les activités agricoles étant (pour une fois) d’une clarté exemplaire. Article L-311.1 du code rural. Pour qu’il y ait activité agricole, il faut MAITRISER LE CYCLE BIOLOGIQUE. C’est clair et net. Comment peut-on maîtriser le cycle de la truffe puisqu’on *ne le connaît pas*. Voila rond de sorcière un message précis et clair de Maurice CAZAUX et qui est facilement vérifiable. salutations. CAZAUX

      Répondre à ce message

      • > Site « rond de sorcière » 1er mars 2007 14:49

        Docteur Cazaux et Mister Cabale, afin de clore ce débat que vous essayez de mettre au niveau du caniveau. Nous allons une dernière fois vous répondre.

        1) Quant à votre pirouette sur votre ESCROQUERIE au sac de perlinpinpin que vous avez mis en vente, vous faites preuves, une fois de plus, d’une totale mauvaise foi. Vous annoncez vendre un sac magique avec un manuel. Le sac d’engrais estampillé M Cazaux est de l’arnaque mais pas le manuel. Quand dans la même phrase vous vantez votre manuel et proposez une arnaque, qui croire Docteur Cazaux ou Mister Cabale ??

        2) Une fois de plus nous parlons de chêne truffier, comme d’autre parle de chien d’aveugle, de chien caveur ou autre. Nous n’avons jamais dit que ces chênes étaient une race bien déterminée qui possede la truffe dans ces gènes. Nous parlons de chênes mycorhizés volontairement à vocation de produire des truffes. Cela ne se dit pas non plus, mais mis à part Maurice Cazaux, tout le monde aura compris que nous plantons des chênes pour récolter des truffes et non faire des proues de bateaux ou du parquet Versailles. Donc M Cazaux oui nous continuerons à dire « chêne truffier » et nos lecteurs continueront à nous comprendre. Je pense que l’on peut fermer cette parenthèse.

        3) Les rendements qui vous dérangent. Oui nous parlons de rendement autour de 50kg l’hectare planté de 450 chênes. Vous, vous parlez de 100kg par hectare ! Vous êtes d’ailleurs assez optimiste. Maintenant vous revenez sur vos déclarations et nous annoncez  :*Quant aux rendements à l’hectare, en phase de production, ils se situent entre 0.500 et 3 kilos, selon que l’on est plus ou moins optimiste*. Pour parler rendement, Docteur Cazaux et Mister Cabale, ne croyez-vous pas qu’il faut plus de paramètres que ce que vous nous donnez (région, climat, irrigation, type de terrain, chêne/Ha …) ? Croyez-vous que 1 ha planté d’1 seul chêne en Normandie aura le même rendement qu’1 ha planté de 400 chênes dans le lot ? Ou même, ce chêne produira-t-il les 500gr minimum que vous promettez ? Donc nous persistons à dire, que nous allons tout mettre en œuvre pour produire au minimum 50kg/ha. Nous mettons à disposition au plus les 2/3 des chênes pour les particuliers et nous gardons l’autre partie. Etant rémunéré sur la production, nous ne pouvons nous permettre de ne pas produire. Contrairement à vous Docteur Cazaux et Mister Cabale, nous ne vendons pas de sac magique, ni les chênes que vous avez vendu pour planter 500ha sans service après vente. Avez vous remboursé l’ensemble de vos clients que vous avez trompés ?

        4) Et pour finir et clore définitivement le piteux chapitre sur les mythomanies du Docteur Cazaux et Mister Cabale. Vous luttez de toutes vos forces et par tous les moyens, pour défendre la veuve et l’orphelin volés par de méchants arnaqueurs qui ne cherchent qu’à produire des truffes. En revanche j’ai pu lire les recettes de Maurice Cazaux (grand chef à ces heures, Guy Savoy, Alain Ducasse et bien d’autres lui doivent tout) sur le site de la Fédération Française de la Truffe. http://www.fft-tuber.org/cuisine.asp Rassurez-nous, est ce une vraie recette du Docteur Cazaux ou une pirouette de Mister Cabale ? Comment pouvez-vous écrire sur un site qui donne une description très précise du sol « truffier » , du cycle de la truffe, de la recherche INRA et de ces « chênes truffiers » mycorhyzés, comment créer une truffière, etc.… ? http://www.fft-tuber.org/recoltee.asp Comment pouvez-vous écrivez sur un site qui a pour président un homme respectable et passionné par la truffe et sa culture, M Savignac, que nous avons eu à plusieurs reprises durant l’année 2006 pour lui présenter notre projet et qui nous a vivement encouragé, heureux de voir des gens promouvoir la culture de la truffe ? Comment pouvez vous vous permettre d’écrire sur un site qui veut relancer la trufficulture et a pour objectif de planter en association avec l’Italie, la Hongrie et l’Espagne des arbres truffiers en association avec l’INRA ? http://www.agriculture.gouv.fr/spip/IMG/pdf/truffes_protocole_070122.pdf Le gouvernement nous ment lui aussi car il veut lancer la plantation de nouvelles truffières. http://www.agriculture.gouv.fr/spip/IMG/pdf/developpement_truffi_franc.pdf Comment peut-on parler de trufficulteur car la trufficulture n’existe pas (dixit Docteur Cazaux et Mister Cabale) ??? Truffe-trufficulture-Jean-Charles-Savignac Tant d’argent gaspillé par l’état sur la recherche de la truffe sans aucun résultat. (Dixit Docteur Cazaux et Mister Cabale). Comment le gouvernement et la FFT parle de trufficulture, de culture de la truffe et surtout comment pouvez vous écrire sur un tel site lorsque l’on vous lit.

        *. or la truffe ne peut-être une activité agricole le texte de loi concernant les activités agricoles étant (pour une fois) d’une clarté exemplaire. Article L-311.1 du code rural. Pour qu’il y ait activité agricole, il faut MAITRISER LE CYCLE BIOLOGIQUE.

        Pourquoi n’attaquez vous pas la FFT le ministere de l’agriculture et l’INRA ?

        Donc je pense sérieusement que vous etes un mythomane pour ne pas être aussi grossier que vous. Au vu de ce que vous écrivez, il serait plus sérieux que vous demandiez de vous faire rayer de la FFT en désaccord total avec vous. Cordialement

        PS : Ne serait ce pas une truffière au sud de votre propriété que l’on peut voir ? (vue aérienne sur les pages blanches, Maurice Cazaux 34160)

        Voir en ligne : FFT

        Répondre à ce message

        • > Site « rond de sorcière » 1er mars 2007 18:44

          Bsr rond de sorcière, pour un vétérinaire ayant en plus fait de hautes études agricoles c’est délirant de voir que vous ne sachiez même pas lire un message.Alors je vais essayer de vous les faire comprendre. J’ai dit que la pub que j’avais faite pour l’amendement était pour me rendre compte jusqu’où pouvait aller la naîveté des gens et je n’ai absolument rien vendu.Je pense que c’est clair. J’ai dit que le rapport établi par Mrs ESCAFRE et ROUSSEL du génie rural pour le compte du ministère de l’agriculture mentionnait que sur 1 hectare on ramassait entre 0.500 et 3 kilos. Alors ne *mentez pas* en disant que c’est moi qui le dit. Je pense que c’est clair. J’ai dit que sur 1 hectare on pouvait avoir entre 0 et 100 kilos (et même plus et cela a été prouvé) mais * j’ai précisé* qu’il ne fallait pas rêver car cela est assez rare. Je pense être clair. Effectivement j’ai créé une rectte à la truffe mais je ne vois pas quelle relation ça peut avoir avec des boisements. Non je ne suis ni docteur ni professeur ni tecnicien, tout simplement un citoyen lamda qui à ses débuts a cru à l’INRA premier centre de recherche agricole. Mais j’ai du me rendre compte à mes dépends que l’INRA avait trompé tout le monde en mettant sur le marché un produit qui s’est avéré être *inexistant* et qui a d’ailleurs fait plus de mal que de bien à la truffe, par contre cette mise sur le marché d’un plant bidon fait les beaux jours de gens peu scrupuleux qui s’en foutent si de pauvres petits épargnants perdent toutes leurs économies dans ce produit( chene truffier) qui a démontré que son seul résultat était une source de désillusions. A ce jour l’Inra a d’ailleurs RECONNU que le chêne truffier n’existait pas et dans son communiqué de presse du 14 décembre 2005 que les résultats n’étaient pas au rendez-vous. Je pense que c’est clair. Maintenant quand vous citez l’art.L-311.1 du code rural il faut aller jusqu’au bout de ce que j’ai écrit à savoir Que l’on ne peut maîtriser le cycle de la truffe puisque l’on ne le *connait pas* à moins que vous le sachiez alors ne le garder pas pour vous faites nous en profiter.Je pense que c’est clair. Au fait vous dites *que j’ai vendu* des chenes Je crois que vous devez avoir un problème et que vous avez un urgent besoin de consulterr car vous avez des visions incohérentes. Mais parlons un peu de vous. Vous dites que vous plantez des chenes pour récolter des truffes ? Mais pas pour faire du bois de chauffe. Vous êtes d’une certitude époustouflante, alors que personne, je dis bien personne ne sait si lorsqu’elle effectue un boisement il y aura un jour des truffes, vous vous avez *la certitude* d’en avoir. Vous devez avoir une formule magique mettez là vite sur le marché. Et quand vous affirmez que vous allez avoir 50 kilos hectares je pense que tous les internautes de ce site auront compris que vous êtes un charlatan. Et pour terminer quand vous vendez 300 plants puisque vous dites en garder 150 pour vous sur 1 hectare et que vous en mettez 450, alors que normalement on ne doit pas en mettre plus de 250, cela vous fait un rapport d’env. 150 euros par plant (puisque vous les vendez 187 e) que multiplie 300 plants que multiplie 15 hectares soit un bénéf de : 150x300x15= 675.000 euros. Et SANS AUCUNE GARANTIE d’avoir des truffes. Si cela c’est pas de l’arnaque ? Je remercie Mr Garzandat pour avoir mis ces divers messages sur son site. Au fait je vous avez dit que j’étais à votre disposition avec des témoins, je n’ai pas vu votre réponse à moins que vous sachiez pertinnement que je vous démontrerai que vous êtes un magouilleur. Salutations CAZAUX

          Répondre à ce message

        • >rapport sur la truffe 2 mars 2007 11:20

          Bjr, Merci à rond de sorcière pour avoir mis l’adresse pour lire le rapport sur la truffe remis au ministère de l’agriculture. Ce rapport est non conforme à la réalité sur un point très important puisque dans son chiffrage les truffes d’espace naturelle * ne sont pas prises en compte* dans le tonnage, or suivant les années ce tonnage représente une part importante d’apport sur les marchés.Donc si l’on prend en compte ce tonnage le rendement annoncé de 0.500 à 3 kilos hectare doit être en réalité de 0 à 1k500 hectare. Par ailleurs on nous annonce 15.000 producteurs déjà on ne sait pas produire alors comment peut-on être producteur ? Mais 15.000, en sachant qu’il y a en gros une quinzaine de département où l’on a de la mélano, cela fait donc 1000 personnes, j’ai beau chercher je ne sais pas où sont ces gens. Par contre ce rapport exprime bien que l’on ne maîtrise pas la truffe, puisq’il parle de *carences*, à savoir qu’on ne connaît pas comment se fait l’induction fructifère et qu’on ne connait pas l’écosystème truffier. Et pour rond de sorcière, il est précisé page 22 : il arrive que des plantations ne produisent JAMAIS. Alors ne parlons pas de l’instauration d’une SMI au bout de 15 ans, cela est complètement ridicule car on peut avoir des truffes à la 15 ème année et puis plus rien. Donc un rapport de plus qui ne tient pas compte de la réalité puisq’il nous parle encore de plant truffier ou à vocation truffière alors que les preuves ne manquent pas qui montrent que c’est le sol et tout ce qui gravite autour qui DEFINIT l’espèce de champignon et pas obligatoiremen de la truffe et de surcroit de la mélano. Dans nos connaissances actuelles la truffe est comme le cèpe UN PRODUIT FORESTIER et surement pas agricole n’en déplaise à certains. Bien mélanoment CAZAUX Maurice

          Répondre à ce message

    • Message annulé 20 avril 2007 22:50
      • mais alors, je fais quoi, moi ? je souscris à l’offre de « rond de sorcières » ou non ? n’y a-t-il pas des internautes qui peuvent témoigner sur ce point ? difficile de savoir quoi croire dans les échanges entre « arnaqueur » et « traiteur d’arnaqueur »…

        Bilan ?

        Répondre à ce message

        • Rond de sorcière, souscrire ou ne pas souscrire 31 janvier 2008 11:32, par rabelaislebeau

          On m’a toujours appri à faire ce que l’on sent,dés lors qu’on le fait en connaissance de cause.Un chose est certaine que se soit au travers du projet rond de sorciere ou de celui qui plante aujourd’hui,il n’y aucune garantie de résultats, mais j’aurai envie de dire aussi l’inverse rien ne garantira qu’il n’y aura pas production dés lors que les principaux critéres connus sont respectés.Pour ce qui concerne la quantité, l’échelle peut aller de 0 à …kg.Maintenant si l’on est passionné,si que l’on ne posséde pas de terrain,que l’on ne peut ou ne veut pas s’occuper des ces charmants petits arbres, si l’on est pas regardant sur le prix et qu’on veut espérer ou oser,je dis pourquoi pas.Chacun à le droit de faire ses choix en fonction de ses possibilités techniques pratiques et financières.Si l’on envisage cette possibilité comme un futur rendement ou produit financier,je pense sincerement dans ce cas qu’il vaut mieux aller acheter tous les ans une ou deux truffes sur un marché de la région.A chacun de faire ses choix.bonne journée alain

          Répondre à ce message

          • Rond de sorcière, souscrire ou ne pas souscrire 6 mai 2008 12:37, par Futur producteur

            Il y a aujourd’hui 160 producteurs de truffes en Nouvelle Zelande. Les premiers arbres infectes par la truffe noire ont ete importes de France. Les premieres truffes sont la apres une attente de 8 ans. Ca marche !!!

            Futur producteur

            Répondre à ce message

            • Rond de sorcière, souscrire ou ne pas souscrire 22 décembre 2013 10:21, par un farfadet tenté

              maintenant, 5 ans plus tard, les farfadets ont-ils reçus leurs premières truffes ? si on ne possède pas un terrain au pH favorable, il est inutile de tenter de planter des chênes mycorhizés alors pourquoi ne pas tenter l’aventure avec ronds de sorcières ? effectivement, l’australie et la nouvelle zélande fournissent des truffes (notamment à la maison de la truffe) pendant la période creuse française. un farfadet tenté

              Répondre à ce message

              • Rond de sorcière, souscrire ou ne pas souscrire 20 février 2014 19:47, par Chris

                Idem, tenté mais on aimerait connaître la situation à ce jour, les chênes plantés il y a 7 ans commencent-ils à produire ?

                Répondre à ce message

                • Rond de sorcière, souscrire ou ne pas souscrire 4 mars 2016 14:52, par Look31

                  J’ai investi chez rond de sociere pour un chene de 2009 esperant avoir choisi une année qui me permettrai de profiter d’une truffe plus rapidement. Année 2014 pas de truffe - soit disant inondation dans l’herault Année 2015 pas de truffe non plus - soit disant mauvaise année Année 2016 que va t il se passer ? Est ce une arnaque ?

                  Répondre à ce message

                  • Rond de sorcière, souscrire ou ne pas souscrire 6 mars 2016 12:28, par Didier

                    En tant que créateur de ce site sur les truffes depuis déjà des années, que dire… ? Que vous dire de plus que le débat très vif ci-dessus qu’avait suscité la création de cette société il y a quelques années ?

                    Je ne connais pas les personnes qui ont créé cette entreprise. Je ne peux et ne veux pas juger si c’est une arnaque ; seule la justice a cette prérogative après enquête. Vu votre question, ça ressemblerait plus à un rêve brisé. Le résultat n’est peut-être pas à la hauteur des espérances comme le prédisaient certains. Il est difficile d’annoncer cela aux clients qui ont participé à ce rêve. Ce que je peux vous dire, et je le répète depuis des années, planter est un risque, c’est un pari. En participant à ce projet, on aurait dû vous dire qu’aucun résultat ne pourra être garanti, un peu comme lorsqu’il s’agit d’acheter des actions boursières, l’acheteur en a conscience. Peut-être était-ce explicitement stipulé dans le contrat de « vente » ? Mais est-ce avant l’heure une vente ou une forme crowdfunding (financement participatif devenu à la mode depuis 4-5 ans) ? Je ne suis pas spécialiste du droit de la consommation, je n’en connais pas toutes les subtilités. L’intention mise dans ce projet était peut-être honnête au départ avec des idées portées par l’enthousiasme de tout créateur d’entreprise tirant des plans sur la comète devant de beaux tableaux prévisionnels et de savant calculs budgetaires qui reposent sur je ne sais quelles réalités.

                    Vous avez au moins reçu quelques réponses ce qui signifie que la truffière et l’entreprise existent toujours. Connaissant les variations de production des truffes d’une année sur l’autre (variation des prix aussi !) je pense que ce ne doit pas être facile pour eux de gérer cette inconnue car les clients s’attendent à des résultats réguliers conformément à ce qui était annoncé (si tel est le cas). Dans le cas contraire, j’imagine votre impatience. Sachez que dans une truffière tous les arbres ne donnent pas, c’est très hétérogène, certains produisent beaucoup puis plus rien, d’autres très peu etc. Cette mise-en-garde préalable, j’insiste, aurait dû être faite avant toute vente.

                    Pour créer une truffière, il faut être passionné par la nature, aimer les arbres, travailler dans sa truffière tous les jours pour entretenir les arbres, le sol, les arrosages etc. pour des résultats aléatoires d’une année sur l’autre ou sur des durées plus longues. Il faut avoir une bonne capacité à garder son enthousiasme année après année. La réussite reste un secret que certains croient posséder, mais souvent, en réalité, ils ont acheté ou hérité d’une terre avec des caractéristiques qui facilitent bien les choses.

                    Enormément de facteurs sont en jeu pour produire un truffe : comme la qualité des sols en phase avec les végétaux en place, les arbres et les mycorhizes complétés par un travail régulier d’entretien de la truffière (voir le débat dans ce forum). Il subsiste tellement d’inconnues que la trufficulture est encore difficile à classer dans l’agriculture du fait de nombreuses incertitudes quant aux résultats et au rapport investissement/bénéfices.

                    C’est en tout cas un vaste débat. Des trufficulteurs s’en sortent bien, d’autres plantent dans le cadre d’une diversification dont les conséquences en cas d’échec sont moindres et d’autres abandonnent leur truffière, un peu déçus. Il existe des recherches, des études de terrain. Elles sont nombreuses. Mais rien ne permet d’atteindre des résultats aussi réguliers que l’arboriculture fruitière même si les progrès dans la truffe sont nettement supérieurs dit-on depuis ces dernières années qu’il y a 15-20 ans.

                    En guise de conclusion, c’est normal qu’il n’y ait pas de truffes parfois pendant une saison ou deux ou plus… Reste aussi, que s’ils ont planté vos arbres en 2009. Six-sept ans pour débuter la production est une moyenne très correcte, souvent c’est un peu plus. Vous savez comme tout un chacun que des bouleversements climatiques peuvent aussi interférer dans les périodes de récoltes dû à l’hygrométrie, aux températures. Les champignons sont des êtres vivants qui ne se laissent pas facilement contrôler et qui sont très sensibles aux modifications climatiques.

                    Pour finir, ce sont des points de vue qui n’engagent que moi. Je ne sais pas si j’ai pu vous éclairer, mais j’espère au moins vous avoir donné la possibilité de prendre un peu de recul sur la question. Vous êtes un actionnaire un quelque sorte alors il faudrait poser les questions au(x) créateur(s) de ce projet et leur demander, si ce n’est pas déjà fait, un bilan global annuel de leurs activités et récoltes.

                    Didier.

                    Répondre à ce message

  • Site « rond de sorcière »

    2 février 20:22, par Catbaz

    Figurez vous que cette année, les truffes sont distribuées au plus rapide à partir du 1 févier à midi ! ils me disaient que c’était le plus clair.. car il n’y en avait pas pour tous. Je me connecte à 12H précises : bug,puis à 12h et 15s idem, à 12h et 30s plus de truffes !….. je rêve ! Il y a du avoir des préventes mais le système est extrèmement opaque, Je n’ai eu aucun retour à mon mot de protestation. Votre site me permets de protester plus ouvertement. Merci à vous.

    Répondre à ce message

    • Site « rond de sorcière » 3 février 18:10, par Laclos

      Bonjour Catbaz,

      Je suis dans la même situation que vous. Bien que m’étant connecté à midi pile aussi, j’ai eu des bugs à toutes les pages et je n’ai pas pu passer ma commande…

      J’aimais bien l’idée de participer à cette aventure collaborative mais là je le regrette sincèrement car je pense comme vous qu’il y a baleine sous gravillon. Dans un article de décembre 2016 il est mentionné « L’an dernier, nous avons récolté 100 kilos de truffes » et un peu plus loin « Aujourd’hui, nous en sommes à 2 500 clients, dont des restaurateurs soucieux de servir de la truffe française à leur table. »

      Ce qui est intéressant c’est qu’en 2015 ils n’avant rien redistribué car il n’y en avait pas pour tous du fait de conditions climatiques. Depuis : pas de récole l’année dernière, du même fait et disette cette année. Sauf pour ceux qui ont eu la « chance » de précommander ?

      Voir en ligne : UN CHÊNE À SOI, DES TRUFFES À PARTAGER

      Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Truffiere de Saint Remy | Facebook Truffière | Contact partenariat |