Cliquez sur les feuilles pour les enlever
Monde de la truffe

Accueil > Abécédaire > G comme... > Grains du peridium

Grains du peridium

mercredi 8 juin 2005, par Didier

Les truffes comportent à leur surface différentes formes de prismes. De quoi sont composés ces « grains » ? D’où vient leurs formes et leurs épaisseurs différentes ?


Il existe des travaux [1] sur le sujet qui, en apparence, sont éloignés des préoccupations du planteurs ou caveur. Ils se fondent sur la théorie des fractales, et tentent de répondre à des questions telles que :

- A quoi sert cette surface prismatique ?
- De quoi est composé cet épais peridium ?
- Peut-on trouver une régularité dans les formes des “grains” et que signifie-t-elle ?
- Existe-t-il une corrélation entre ces grains, le sol et particulièrement la granulosité du sol, l’arbre, l’hygrométrie... en tout cas, est-ce qu’un facteur est plus déterminant qu’un autre ?
- Existe-t-il d’autres liens : profondeur de la truffe, âge du carpophore, voire clé de détermination d’une espèce... ?

Et sûrement plein d’hypothèses passionnantes !

Le forum est ouvert si vous voulez donner plus de précisions sur le sujet. Voici quelques photos envoyées par Truffe21 que je remercie. D’autres suivront.

JPEG - 64 ko

Gros prismes (grains) sur le peridium d’un Tuber uncinatum régulièrement trouvé sous les pins noirs.

JPEG - 80.6 ko

Prismes "normaux du peridium de Tuber uncinatum.

{id_article}

Notes

[1Les références viendront plus tard, mais si vous avez envoyez-moi les !

Répondre à cet article

8 Messages

  • > Grains du peridium

    11 juin 2005 11:19, par Vincent

    Cavant principalement de l’Uncinatum, j’ai moi aussi souvent des gros grains dans ma besace. La règle générale est « grains normaux », avec quelques places à truffes donnant exclusivement des « gros » grains. De mémoire, quelques rares endroits où les deux types de prismes sont présents simultanément. Le rapport entre les deux est difficile à estimer, peut-être 15/20% de « gros » grains ? Je me ferai un plaisir lors de la prochaine saison de quantifier cela. Quelqu’un a-t-il une estimation plus précise ?

    Autre point : je n’ai pas souvenir d’avoir trouvé une truffe ayant des prismes grossiers et pesant plus de 30g. Et vous ?

    La seule particularité des places à gros grains me semble être un sol plus caillouteux (sans conviction).

    Pour la Mélano (mon expérience n’est pas significative) si j’ai bien compris, le problème est inverse : présence de truffes à petits grains, mais qui ne seraient pas de la même espèce (Mésentérique). Il m’est arrivé de trouver de la Mélano ayant des prismes minuscules. Il faut dire que ces truffettes (trouvées dans le Var) pesaient 3 ou 4 grammes !! Elles étaient bien noires, peu odorantes et situées dans un sol sablonneux (on pouvait creuser à la main). Est-ce la petite taille de ces truffes qui entraîne des grains plus petits ? La granulométrie du sol joue t-elle un rôle ?

    Mon cher DG, la seule référence que j’ai à ce sujet est le livre « La terre, la Truffe, la Vie » qui consacre un chapitre sur la modélisation des prismes(fractales), mais vous possédez cet ouvrage j’en suis sur.

    repondre message

    • > Grains du peridium 11 juin 2005 18:19

      M Vincent,
      pourquoi parlez de mésentérique pour invoquer une truffe à petit grain ? Pour la mélano c’est très fréquent d’avoir petit ou gros grain sur la même parcelle et parfois sous le même arbre. On ne sait pas à ce jour de quoi cela provient, en tout cas je n’attache pas d’importance à ce phénomène qui ne dérange pas.
      Au fait ne serait-il pas plus normal de dire verrue que grain ?
      Salutations Denis

      repondre message

    • > Grains du peridium 13 juin 2005 15:57, par truffe21

      Vincent

      Je pense que tu ne dois pas être loin de la réalité quant au pourcentage de truffes à gros grains (on utilise fréquemment ce terme dans la région sans que personne ne sache pourquoi) qui présentent cet aspect dans un lot.
      quand à la taille de ces truffes, elle me semblent pas avoir remarqué de différances significatives par rapport aux autres.
      Si les ramasseurs en règle générale ne se posent pas de question quant à la nature de la différence de ces grains (prismes ou verrues) elle pourraient cependant nous apporter certaines réponses ?

      Si personne ne peut nier la réalité du plant mycorhizé, il serrait certainement intéressant de mycorhizer des plants avec des spores d’une seule truffe, présentant un aspect typique de ces truffes à gros grains et d’autres plants avec une truffe présentant elle un aspect typique à petits grains.
      Ainsi dans quelques années, comment seront les truffes ainsi obtenues ?

      1 Identiques à celles ayant servies à mycorhizer.

      - Dans cas preuve d’une variété spécifique à l’espèce.

      2 La forme des truffes est différente et là une certitude et plusieurs hypothèses

      - Pas de variété spécifique à l’espèce ? .
      - L’ arbre aurait-t’il une incidence ?
      - Le sol aurait-t’il aussi une influence ?

      3 Pas de truffes

      - Obligation de plusieurs variétés de truffes de la même espèce pour obtenir une nouvelle mycorhize et une nouvelle forme de prisme.
      - Donc pas de variété spécifique à l’espèce.

      Si vous avez d’autres suggestions, elle seront , je pense les bienvenues sur ce cite ou toute les truffes ont leurs place. Merci à D.G.

      Même si nous ne sommes pas des scientifiques, c’est je crois en se posant des questions ou nous nous ne trouvons pas de réponse, que nous pourront , je l’espère apporter un petit plus à la truffe.
      C’est en semant des glands que Talon a fait faire un grand bon à la truffe.

      repondre message

      • > Grains du peridium 14 juin 2005 08:01

        Bjr Truffe21,
        Vous dites que personne ne peut nier la réalité du plant mycorhisé ?????
        Alors pourquoi un plant, mycorhisé avec une espèce de truffe permet d’avoir d’autres espèces ?
        Alors pourquoi tous les plants mycorhisés ne permettent pas d’avoir des truffes ?
        Alors pourquoi dans une très grande majorité, même planté dans un terrain favorable d’après l’analyse, il n’y a AUCUNE truffes.
        Si c’est cela la réalité du plant mycorhisé, il faudra que je retourne à l’école pour me faire expliquer ce que veut dire réalité.
        Salutations Denis

        repondre message

        • > Grains du peridium 14 juin 2005 09:24, par truffe21

          Bonjours Denis

          J’ai planté des plants mycorhizés et certifiés et si je crois à la réalité du plant truffier s’est tout simplement parce que je récolte dessous l’espèce attendue et des amis passionnés de truffes obtiennent le même résultat.
          Peut-être cela réside dans la qualité de nos terrains à produire de la truffe et de ne pas connaître de contamination par la brumale, puisque celle-ci est absente de nos terrains.
          Maintenant, si vous ne trouvez pas de truffe sous vos arbres, il ne faut pas se lamenter mais trouver pourquoi cela n’a pas fonctionné. Plants de mauvaises qualités, terrain peu apte à accueillir la truffe (bonne analyse) mais contamination par d’autres champignons inféodés, telle que la brumale à vos terrains.
          Pour ce qui est parfois de l’apparition de brumale, vous savez comme moi que celle-ci a été apporté à une époque par des plants mycorhizés par cette truffe.
          Prenez-vous le temps, quand vous commander des plants avant de planter de vérifier vous-même en sacrifiant quelques plants, voir si la Mycorhization telle que vous l’espérez est celle attendue.
          Cette simple précaution aurait certainement évité à certains de se demander pourquoi après plusieurs années, il n’y avait pas de truffe ou bien pas l’espèce attendue.

          repondre message

          • > Grains du peridium 15 juin 2005 08:59

            Bjr Truffe21,
            Et pourtant l’Inra avait planté des plants(noisetiers) mycorhisés avec mélano et ils avaient eu de la mélano 4 ans après mais cela s’est transformé en uncinatum l’année d’après.Est-ce cela des bons plants ?
            Vous parlez de réussite pour l’uncinatum, question quel % d’arbres vous permettent d’avoir de l’uncinatum dans votre boisement ? Avez-vous essayé de semer des glands ou repiquer des plants non mycorhisés en ajoutant du broyat de truffes ? Pendant combien d’années les « mêmes » arbres mycorhisés vous ont permis d’avoir de l’uncinatum ? Enfin l’uncinatum est une truffe d’après ce que l’on peut voir beaucoup moins fragile que mélano, donc on ne peut pas comparer.
            Salutations Denis

            repondre message

          • > Grains du peridium 15 juin 2005 09:50

            Truffe21 dit :
            si vous ne trouvez pas de truffes, il faut trouver pourquoi cela n’a pas fonctionné.
            Alors quand vous plantez des plants mycorhisés CERTIFIES, dans un terrain dont l’analyse est« bon pour la truffe », pouvez-vous me dire pourquoi cela ne fonctionne pas
            puisque vous avez l’air de le savoir vu votre citation ? Faites nous profiter de votre savoir.Merci.Denis

            repondre message

            • > Grains du peridium 4 juillet 2005 10:16, par Vincent

              Ne disposant plus de connexion internet ces 3 dernières semaines, je réponds tardivement.

              Mr Denis. Effectivement, je me suis très mal exprimé, laissant croire que la Mésentérique (Truffe de Meuse par définition) pousse aux cotés de Mélanosporum.

              Aussi je me permet de reformuler afin d’avoir un résumé clair pour tous le monde, que les lecteurs corrigent le cas échéant :
              - Pour l’Uncinatum il arrive de trouver des truffes au péridium composé de prismes plus importants (gros grains, voir photos ci-dessus) notamment à proximité de pins noirs (et, peut-être, plus fréquents dans des sols caillouteux d’après mon expérience). Dans les zones à Uncinatum, ce que l’on désigne par « truffes à petits grains » est une espèce différentes, à savoir la Mésentérique.
              - Pour la Mélano, on observe un phénomène inverse, c’est-à-dire l’apparition (occasionnelle ?) de truffes avec des verrues plus fines (favorisées par la présence de chêne vert) et que l’on nomme également « truffes à petits grains », mais il s’agit dans ce cas de la même espèce Mélanosporum.
              - Les causes de variance des prismes au sein d’une même espèce ne sont pas connues, mais des pistes de réflexion se dessinent : Environnementales (flore, sols, …) Génétiques (peut-être ??)

              J’ai utilisé le mot « grain » car je souhaitais rester dans le ton des discussions précédentes, et surtout faire honneur au titre de cette rubrique, Didier comprendra pourquoi ;-)) Mais je pense que les internautes seront d’accord pour dire que « verrues » ou « prisme » sont plus adaptés.

              Truffe 21. Votre expérience me plait beaucoup, mais je n’ai pas les moyens de la mettre en œuvre. En revanche je peux, dès la saison prochaine (si il y a des truffes !!!) offrir des échantillons d’Uncinatum (petits et gros grains) à qui désire la réaliser. Gourmands, passez votre chemin. ;-)

              Je suis d’accord avec vous : si les nombreux internautes qui lisent régulièrement Le Mag (les statistiques sont là !) participaient plus aux discussions en donnant leurs avis, leurs réflexions, ou simplement leurs anecdotes, et quand bien même s’il s’agissait d’un simple grain(… de sable !!) dans l’univers, nous pourrions assurément avancer.

              Pour le poids des truffes à gros grains, je vérifierai lors de la prochaine saison.

              repondre message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Facebook | LinkedIn | Contact |