Naissance d’une passion

, par  tubermamie

Le 3 octobre 2009 à 18:52, par tubermamie En réponse à : Naissance d’une passion

Oui, le public fait souvent un amalgame.
Prononcez « truffe » : soit ça fait peur parce que « c’est cher », parce qu’on ne sait pas comment la cuisiner, parce qu’on a peur d’être roulé...... ou bien ça fait plaisir et cela provoque des tas de confidences......
Mis a part ceux qui travaillent dans le milieu des truffes, qui est capable de renseigner correctement les journalistes lorsqu’ils font des reportages ? L’esprit de clocher l’emporte bien trop souvent ! Et la désinformation continue de plus belle.
De plus, en 2 mn de journal parlé, les renseignements essentiels concernant les différentes espèces commercialisées passent souvent à la trappe.
J’ai tenu le stand de la truffe de Bourgogne au Salon de l’agriculture, et je sais de quoi je parle. Les visiteurs étaient ébahis de découvrir qu’il y avait de la truffe en Bourgogne, et plus encore qu’il y avait différentes espèces de truffes, et différentes cuisine adaptées à ces espèces.....
Il faudrait déjà renseigner correctement les journalistes.
Le public non avertis traduit souvent le mot « truffe » par le mot « Périgord », point ! On ne peut pas leur en vouloir........
Parmi les personne qui n’y connaissent rien, il y a aussi certains snobs qui se montrent assez ridicules ! Du fait qu’ils mangent « de la truffe », ils s’extasient, quelque soit la qualité gastronomique du plat et sans chercher à savoir de quelle truffe il s’agit !..... là aussi, ils sont légion ! La dégustation des différentes espèces de truffes, ça s’apprend.
Donc, vous dites vrai, la confiance aide à la découverte. Hors celle ci ne peut peut se développer que si toute la filière truffe joue le jeu. Les caveurs, les trufficulteurs, les cuiiniers.
Un vrai bonheur, votre article, dont je partage tout à fait les points de vue, étant moi même souvent confrontée au public, entre truffe (s) , gens de l’info, public, ou tout simplement les gastronomes.
Vous avez du style !
Bien amicalement : Martine Sbolgi-Guinet

Brèves Toutes les brèves