Cliquez sur les feuilles pour les enlever
L’univers de la truffe

Accueil > Abécédaire > Termes et Définitions

Termes et Définitions

Ou de l’usage des mots et de leurs variations

mardi 10 mai 2005, par Vincent

Est-ce parce que la production de truffes est un mystère, que le monde de la Truffe aime cultiver le mystère ?


L’usage d’un vocabulaire spécifique, au sein d’un domaine particulier de connaissances, est nécessaire pour se comprendre, et …. efficace pour rendre ce domaine hermétique aux non-initiés.
- Le replis sur soi et l’ésotérisme apportent le mystère.
- L’ouverture apporte le développement du savoir. Permettre au monde de la Truffe d’être plus abordable est gage de l’avancée du savoir-faire le concernant.

Le vocabulaire est, parmi d’autres, une barrière non négligeable.

Afin de permettre aux néophytes d’y voir plus clair, et aux spécialistes d’en apprendre toujours plus, je propose dans ce forum de compiler le vocabulaire et les définitions que vous donnerez.

je vois dans cette démarche l’occasion pour l’ensemble des lecteurs de ce Mag de s’exprimer. N’hesitez pas à publier tous les mots que vous connaissez, utilisez, ou avez entendus.

Qui sera le premier à donner les noms latins de nos tubers préférées ???

Enregistrer au format PDF

Répondre à cet article

24 Messages de forum

  • > Termes et Définitions

    12 mai 2005 08:04

    Mr Vincent, vous dites que l’usage d’un vocabulaire spécifique est nécessaire pour se comprendre,bien, alors commençons par le début, que signifient les mots culture et arbre truffier, car il n’y a me semble-t-il aucune définition qui corresponde à ces mots. Denis

    Répondre à ce message

    • > Termes et Définitions 13 mai 2005 16:55

      M Vincent, vous demandez que l’on s’exprime sur la définition du vocabulaire, bien je continue, vous parlez de production de truffes ? Pourquoi le mot production, on emploie pas ce mot pour les autres champignons, cèpes,girolles,etc., alors pourquoi l’employez-vous pour la truffe ? Denis

      Répondre à ce message

      • > Termes et Définitions 21 mai 2005 13:01

        Je comprends bien les problématiques que vous soulevez.

        Mr Cazaux a longuement défendu sur ce forum (et sur d’autres) les termes que vous abordez. Mais il y a une différence entre l’utilisation de ces mots à des fins commerciales ou scientifiques, et l’usage au quotidien. Il est vrai qu’il semble difficile de parler de production ou de culture de truffes d’un point de vue de la connaissance : ce serait, à l’heure actuelle, tromper les gens. Quant à l’arbre truffier, qui sait ce que c’est ?

        Ce que j’explique dans l’article ci-dessus, est que, dans le fond, le mot utilisé n’a guère d’importance : ce qui compte c’est la définition que l’on lui attache. Personnellement, dans la vie courante, j’utilise la formule « Aller aux truffes », ce qui est loin d’être gracieux, et très difficile à placer dans un texte !!! N’ayant que peu d’imagination, je n’ai pas d’autres termes plus heureux.

        Ce forum est justement là pour : soit proposer des alternatives(cueillette, ramassage, glaner, caver,..) , soit donner une définition qui convienne au plus grand nombre(« Arbre » Truffier : adjectif employé pour caractériser un arbre autour duquel se développent des truffes. C’est un acteur indispensable à l’obtention de truffes, mais dont le rôle reste inconnu.).

        Qu’elles seraient vos propositions pour les mots « Production », « Arbres truffiers » et « Culture » ? Le fondement même de ce forum est de discuter de la définition des mots, il ne s’agit pas d’une consultation sémantique auprès du Maître ès Langage Vincent. Je n’ai ni les réponses ni les connaissances, j’ai juste la possibilité d’offrir aux internautes un lieu d’expression et de débats. C’est a vous de nous proposer vos définitions qui seront discutées, enrichies par la suite.

        Répondre à ce message

        • > Termes et Définitions 21 mai 2005 13:24

          Et comme personne n’ose poster, j’aurai la primeur sur les termes suivants (par ordre alphabétique, pour ne blesser personne) :

          Tuber Aestivum : Truffe blanche d’été, Truffe de la St Jean, Truffe d’été

          Tuber Borschii : Tuber Albidum, Truffe blanche

          Tuber Brumale : Truffe noire d’hiver, Truffe musquée

          Tuber Excavatum : Nez de chien jaune, Truffe jaune de Bourgogne

          Tuber Indicum : Truffe de chine

          Tuber Macrosporum :

          Tuber Magnatum : Truffe blanche du Piemont

          Tuber Melanosporum : Tuber Nigrum, Truffe du Perigord, Truffe noire, Truffe du Tricastin, Diamant noir, Rabasse

          Tuber Mesentericum : Truffe mésentérique

          Tuber Rufum : Truffe rousse, Truffe grise du Poitou, Nez de chien noir

          Tuber Uncinatum : Truffe de Bourgogne, Truffe grise de bourgogne

          Je n’ai aucun mérite, j’ai recopié les bouquins !!!!!

          Répondre à ce message

          • > Termes et Définitions 21 mai 2005 19:02

            M Vincent, Si je peux me permettre, là aussi, il y a beaucoup à dire, je ne prendrais que les réponses faites pour l’uncinatum et la mélano. Uncinatum : il faudrait ajouter truffe non seulement de Bourgogne, car cette truffe n’est pas spécifique à la bourgogne mais à de nombreux pays. Et pour mélano, on pourrait ajouter une bonne dizaine d’appellation( Var, Vaucluse, gard etc.)sans oublier les régions Espagnoles et Italiennes. Comme quoi vous voyez ce n’est pas aussi simple. Par contre j’ajouterai pour la mélano espèce en voie de disparition, primes offertes à toutes personnes essayant de sauver l’espèce. Salutations Denis

            Répondre à ce message

            • > Termes et Définitions 21 mai 2005 20:24

              M Vincent, J’ai oublié, pour l’aestivum, le plus courant c’est : maïenque et pour la magnatum il s’agit de la truffe d’Alba. Au fait la dernière que j’ai entendu pour l’aestivum : c’est « la précoce d’été ». Comme quoi en truffes ce ne sont pas les mots qui manquent.Denis

              Répondre à ce message

        • > Termes et Définitions 21 mai 2005 18:53

          Bsr M Vincent, Comme vous le dites certaines appellations sont plus une question commerciale qu’une question technique ou plutôt botanique. Vous posez la question : quel langage doit-on employer pour parler de truffes ? Je pense qu’il y a réponse à cette question et qui de plus n’est pas commerciale, à savoir employer les mêmes termes dont-on se sert pour parler de champignons forestiers. C’est simple et surtout ce n’est ni commercial ni mensonger comme le dit si bien Mr C. Quand vous allez aux cèpes,morilles, chanterelles ou autres, vous ne dites pas que vous allez dans une plantation, mais dans un bois. Quant à l’arbre truffier, là aussi ce n’est qu’une affaire commerciale puisque l’arbre, comme cela se passe pour d’autres champignons n’est pas plus truffier que moriller ou cépier, c’est un arbre qui en fonction du sol permettra d’avoir tel ou tel champignon. Conclusion arrêtons de raconter n’importe quoi, car tout ce bla bla que l’on veut nous imposer pour la truffe n’est que pour plumer les….pigeons, et là il n’y a aucun problème car un pigeon ça se plume. Salutations Denis

          Répondre à ce message

        • > Termes et Définitions 22 mai 2005 09:27

          Bjr Mr Vincent, on parle toujours d’arbres truffiers, je me trompe c’est de chêne truffier, pourquoi ? Il y a une bonne dizaine d’arbres qui permettent d’avoir des truffes, alors question botanique ou commerciale ? Et si l’on parle de chêne truffier pourquoi ne dit-on jamais « un sol truffier » ? Où est l’erreur ? Ah oui un sol truffier ne se vends pas, par contre l’arbre…………c’est vrai que les pigeons aiment bien se poser dans un arbre……..truffier de préférence ?????? Salutations Denis

          Répondre à ce message

          • > Termes et Définitions 22 mai 2005 10:33, par Vincent

            La meilleure façon de mener votre croisade c’est d’éduquer vos lecteurs. Soulever des questions dont vous ne livrez qu’une petite partie de la réponse (que pourtant vous avez entière) est néfaste. Cette pédagogie permet d’introduire le doute et le questionnement, mais combien de lecteurs trouveront seuls les réponses ? Très peu j’en suis sur (et moi le premier ;-) )

            Et au final, qu’est-ce qui me prouve que vous savez de quoi vous parlez et que vous êtes sur la bonne voie ??? Je serai plus enclin à écouter ceux que vous détestez mais qui m’offrent un raisonnement logique avec des arguments (même si c’est arguments sont bidons, je ne le saurai pas, puisque personne ne m’aura exposé autre chose). C’est humain, surtout si cela coûte cher. Ils doivent bien rire ceux que vous désapprouvez en voyant que dans le fond vous travaillez pour eux !!

            A moins que vous ne soyez vous-même vendeur de plants truffiers, et qu’il s’agit d’une technique commerciale ;-)))

            Vraiment je vous encourage à nous exposer votre point de vue, et les moyens de le faire ne manque pas sur ce site. Donnez nous votre définition d’un sol truffier(même si la définition dit simplement : « On ignore complètement ce qu’est un sol truffier »), listez les arbres, écrivez un article pour montrer qu’il est possible de « vendre » un sol truffier (j’ai entendu qu’il existait des « Coachs » pour sols truffiers) … etc…

            J’ai ajouté vos remarques précédentes à l’abécédaire, dont la première mouture (cachectique !!) sera prochainement téléchargeable sur ce site.

            Répondre à ce message

            • > Termes et Définitions 22 mai 2005 11:19

              Mr Vincent, en premier lieu pouvez-vous m’expliquer ce que vous entendez par« coach de sol truffier »merci. Pour essayer de répondre à vos interrogations, non je ne vends pas de plants. Pour les autres questions, je suis incapable de vous donner la définition d’un sol truffier ou si vous préférez ce qui serait plus exacte les critères composants un sol truffier. On raconte que le sol doit être calcaire,drainant et vivant.Mais tout cela ne veut pas dire grand’chose et pour cause, sur combien d’Ha plantés correspondants à ce type de sol trouve-t-on des truffes ? Et oui, un sol calcaire cela veut dire quoi 1% de calcaire,20% ? Et un sol drainant, à part quand il y a des mouillères en général c’est drainant, et enfin vivant, mais que faut-il comme faune ? Et il en faut beaucoup ou peu ? Mais que faut-il comme oligo ? Et quel élément est primordial ? Potasse,magnésie,azote ? Etc…. Quant à dire « ceux que vous détestez » vous faites fausse route car je ne déteste pas mais je critique certaines façons de pousser les gens dans le vide, car on a assez de recul pour s’apercevoir qu’on a été « trompé » par ce produit qui devait être miraculeux et qui ne s’est avéré comme tel que pour ceux qui on sut en tirer profit. Salutations Denis

              Répondre à ce message

              • > Termes et Définitions 29 mai 2005 17:52, par turffe21

                Pour en revenir au langage employé pour définir ou parler des truffes ce sont les (ramasseurs caveurs trufficulteur ou autres) qui les ont crées ou inventés au fil du temps et par régions. Vouloir démontrer que les termes utilisés ne correspondent pas à la réalité n’a pour moi aucune importance sinon à vouloir étaler sa science. Un petit exemple, vous avez entendu parler de superbe chêne truffier et en réalité arrivé sur place, il n’est cependant pas plus beau que les autres chênes environnants, souvent même pas beau du tout, vous l’avez sans doute compris c’est sa capacité à produire beaucoup de truffes (encore un terme entré dans le langage courant) qui font que cet arbre devient superbe. Allez dire qu’en réalité à son propriétaire que son arbre est moche et que ce n’est pas lui qui produit les truffes et c’ont un coup de fusil que vous allez prendre. Alors quelquefois acceptons les termes que tout le monde comprend Autre ex : Le plant mycorhizé est devenu même si le terme est inexact un plan truffier. La preuve : devant un groupe de personnes parlez de plant mycorhizé et là vous avez des yeux grands ouverts et éberlués, dits simplement un plant truffier et la généralement tout le monde a compris. Autre ex : Si chez moi on va également aux truffes, arrivé sous un arbre isolé on parle de truffière, en plein bois, cela devient une place à truffe. Ex : quand des gens du cru me parlent de truffes à petit grain, je peux toujours leur dire qu’il s’agit en réalité de Mésentérique, demain au café du coin se serra toujours de la truffe à petit grain.

                Pour en revenir au plan mycorhizé, plutôt que de taper dessus, même si beaucoup d’erreurs ont été commises et dire que c’est bon pour les gogos (Je peux vous dire que certain gogo ne le regrette pas), on ferrait mieux de s’interroger pourquoi, encore un ex : dans le nord Côte d’Or une plantation de 25ans en plants certifiés produit et continue à produire de la mélano sans connaître aucune contamination par Uncinatum, brumale ou autre. Mais il est vrai que se poser la question, c’est déjà admettre que le plan mycorhizé peut fonctionner.

                Répondre à ce message

                • > Termes et Définitions 4 juin 2005 10:34, par Vincent

                  Mr Denis. En ce qui concerne la vente de plants truffiers, il s’agissait d’humour, vous pouviez le constater grâce au smiley terminant la phrase. En ce qui concerne le « coach de sol truffier », contactez moi par mail, je vous répondrai avec plaisir, mais ce sujet n’a pas sa place ici.

                  Truffe 21. En créant ce forum, je n’avais nullement l’intention d’en faire un étalage de science !! Bien au contraire. Il s’agit simplement de rassembler un maximum de vocabulaire utilisé (et créé) par ceux qui s’intéressent à la truffe, qu’ils soient érudits ou ignorants. Et tant mieux si par la même occasion il est possible d’en discuter. Je ne connaissais pas la truffe « à petits grains » pour la mésentérique.

                  Répondre à ce message

                • > Termes et Définitions 4 juin 2005 15:15

                  M truffe21, pour le petit grain cela existe aussi chez la mélano, et personne ne sait pourquoi. pour en revenir à vos termes et pas pour polémiquer, vous parlez de plant truffier, mais pouvez-vous m’expliquer ce que c’est ? Car « normalement » un plant truffier devrait « produire » des truffes ? Or il s’avère qu’un arbre ne produit pas de truffes toutes les expériences le démontrent et deuxièmement pourquoi dans 90% des cas il n’y a pas de truffes avec un plant dit truffier ? Maintenant pour l’ex. que vous citez de n’avoir que de la mélano, cela vous prouve bien que c’est le terrain qui commande et lui seul. Denis

                  Répondre à ce message

                  • > Termes et Définitions 6 juin 2005 19:21, par truffe21

                    Denis

                    Quand je parle de plants truffiers, je n’ai jamais dit que l’arbre truffier produisait la truffe, pas besoin d’expérience pour le démontrer. Par contre l’arbre reste le support incontournable, je suis bien d’accord sur l’inexactitude du terme, mais ce terme est rentré chez nous dans le langage courant comme beaucoup d autres qui sans refléter la réalité permettent à tous de se comprendre.

                    Au fait : s’il faut jouer sur les mots, on ne devrait pas dire une truffe mais une fructification de la truffe, ni même une mélano et dire un carpophore de mèlanosporum, puisque la truffe elle est en réalité que la partie vivante mychorisienne de l’arbre.

                    Pour ce qui est de ces plants dit truffiers mycorhizes en Uncinatum, venez voir des plantations de quelques années sur nos plateaux Bourguignons et vous constaterez que la truffe peut s’installer sur certaines à 90% des arbres, (ce qui ne veut pas dire une production à 90%)

                    Pour la truffe à petits grains, elle sert à désigner une espèce de truffe bien précise (la Mésentérique) et non une variante de truffe également à prisme comme l’Uncinatum ou bien la mélano.

                    Par contre pour qui de la variance des prismes au sein d’une même espèce. Pour l’Uncinatum, le pin noir (produit) régulièrement des truffes à très gros prismes. Et pour la mélano le chêne vert aurait tendance à (produire) des truffes à petits prismes Là encore (l’arbre, le terrain etc..) Aurait-il une importance dans cette apparente constance ? Là je suis preneur de toute suggestion. Cordialement.

                    Répondre à ce message

                    • > Termes et Définitions 7 juin 2005 08:42

                      M Truffe21, Il n’y a pas à « jouer » sur les mots mais ne pas faire dire au mot n’importe quoi. Quand on achète un plant CERTIFIE truffier et de plus garanti mélano que l’on dit que l’analyse du terrain est favorable pour avoir des truffes et que 15 ans après il n’y a rien ou quelques brumales, et bien on ne joue pas quand on dit que c’est de l’arnaque. Maintenant vous dites que vous avez 90% d’arbres « truffiers » et vous ajoutez qu’il n’y a pas 90% d’arbres sous lesquels il y a des truffes. Alors cela prouve bien qu’un arbre truffier ne veut rien dire, car si l’arbre était vraiement truffier il y aurait « constament » des truffes, et vous démontrez que ce n’est pas le cas. D’ailleurs comment se fait-il que sur une parcelle on ne trouve JAMAIS de truffes sous 100% d’arbres, cela devrait être le cas si vraiement les arbres étaient truffiers. Cela démontre que si effectivement on a besoin d’un arbre pour avoir des truffes c’est bien le terrain et lui seul qui PERMET d’avoir des truffes et non l’arbre. Quant aux grains PERSONNE ne sait de quoi cela provient, on peut trouver sous le même arbre de la mélano à petits et à gros grains. salutations Denis

                      Répondre à ce message

                      • > Termes et Définitions : les grains 7 juin 2005 11:42, par DG

                        Pourriez-vous expliquer ce que sont les petits et gros grains dont vous parlez ? Et même mieux montrer une photo.

                        Répondre à ce message

                      • > Termes et Définitions 7 juin 2005 22:16, par truffe21

                        Bonjours Denis

                        Vous semblez tout mélanger, relisez je parlais d’une constance de truffes à petit prismes uniquement sous le chêne vert .Et pour le chêne truffier , je n’ai jamais dis qu’il produisait des truffes ,mais que le terme servait simplement à désigner un arbre sous lequel on trouvait des truffes.

                        J’ai eu la chance de caver lors d’un chalenge Nationale, avec un de mes chiens chez Monnier. Sur 5 ha de plantation Mélano 50% avec des plants Vidal et 50% avec des plants certifiés INRA, pratiquement 10O% de réussite avec les plants INRA, aucune truffe sous les plants VIDAL preuve contrairement a ce que vous dites de l’importance de plants bien mycorhizes Ce jours-là 10 chiens travaillaient chaqun sur deux rangées d’arbres et sur seulement une seule partie de la truffière. Résultat au bout d’une heure de travail , 34 kg de Mélano et uniquement de Mélano. Je vous laisse imaginer si tous les plants avaient été des plants INRA . Je me suis peut-être mal exprimé sur mon histoire de %. Quand je dis la truffe installée a 90 % ce sont les brûlés très significatifs qui indiquent sa présence et des analyses de mycorhizes et ceci sur de jeunes plantations dont les arbres ne sont pas encore tous entrés en production (excusez le terme mais il me convient).

                        Je conçois l’importance du sol dont vous nous répétez inlassablement à dire que lui seul commande Moi, je serrais mois catégorique, il y a sûrement beaucoup autres éléments qui commandent également et dont je n’ai pas la réponse. Sinon comment expliquer et là s’est sur ma propre plantation 3 noisetier espacé de 4 m sur la ligne et donc sur terre identique Un de ces noisetier (produit) tout les ans et régulièrement et abondamment même en 2003 année de sécheresse, sont voisin de droite une année très bonne l’autre sans et celui de gauche régulièrement deux à quelques truffes Sur truffière sauvage ou je préfère spontanée, deux chênes le long d’un muret, pendant plusieurs années ces deux arbres tour ont( produit ) chaque leur tour, une année sur deux . La encore je ne pense pas que seul le terrain commande. Donc d autres éléments peuvent également commander. Vous ne vous préoccupez que du terrain, mais l’induction truffière est tout aussi importante. Qui la commande ? L’arbre (hypothèse) peut être par la production d’anticorps pour se débarrasser de mycorhizes devenues trop envahissantes et la truffe se sentant agressée par un reflex de survie chercherait comme tout être vivant à se reproduire. Le terrain mais alors par quel stress ou autre, je vous laisse le choix ?

                        Répondre à ce message

                        • > Termes et Définitions 8 juin 2005 09:19

                          Bjr truffe21, une réponse rapide car je dois partir. Vous dites que leterrain est le même sous vos 3 noisetiers plantés à 4 métres. Je peux vous affirmer que vous êtes dans l’erreur car si vous étiez observateur vous verrez qu’il arrive très souvent que sous le même arbre le sol n’est pas le même. Il arrive également mais c’est assez rare que le sol soit « à peu près le même » sur disons 1/2hectare et si vous avez la chance que le terrain soit favorable et bien vous avez des truffes sous la majorité des arbres, mais cette situation n’est pas courante. A+ pour le reste Denis

                          Répondre à ce message

                        • > Termes et Définitions 8 juin 2005 18:27

                          Je vais essayer de ne pas tout mélanger. Vous parlez de Monnier, effectivement propriété située dans l’Indre et terrain qui était réservé aux céréales. Des arbres enlevés puis d’autres plantés, finalement qu’est-ce qui a été vraiement effectué ? Tant mieux pour lui s’il a de bons résultats. Mais pour pouvoir porter un jugement faudrait-il avoir un détail plus approfondi et surtout réel. Pour le plant myco inra et celui de Vidal, je ne peux vous répondre sans avoir toutes les données. Bon passons au chapitre arbre/sol. Je confirme que seul un terrain favorable ( je ne connais pas les critères) permet d’avoir des truffes. Je ne prète que très peu d’incidence à l’arbre en sachant que sans arbre on a pas de truffes. L’arbre sert à faire véhiculer le mycélium et celui-ci ne fructifiera uniquement quand le terrain sera favorable, pas de terrain favorable pas de truffes. Vous voulez des ex. ? D’abord je vais répondre à une de vos questions vous dites avoir des arbres qui ont des truffes une fois oui une fois non,cela est fonction des aléas climatiques uniquement. Ensuite pour les ex. comment se fait-il que les plants Inra myco à la mélano et qui ont permis d’avoir de la mélano la première fois sont passés ensuite à l’uncinatum ? De même pourquoi y a-t-il eu de l’aestivum ou tout simplement de la brumale ? Pensez-vous que ce soit l’arbre qui en soit la cause ? Et bien NON c’est le terrain le fautif. C’est certain qu’il y a beaucoup de critères qui rentrent en jeu mais un arbre myco pourra permettre d’avoir des truffes que s’il est planté dans un sol favorable si ce n’est pas le cas vous n’aurez RIEN. Maintenant vous parlez de brulés très significatifs qui indiquent la présence de truffes ?? Cela est pure fantaisie car PERSONNE n’a prouvé que lorsqu’il y a un brulé il y aura des truffes. Je peux vous faire voir des plantations de plusieurs Hectares avec des brulés très très très significatifs et les seuls champignons sont sclérodermes et pisolites et probablement d’autres mais PAS de truffes, alors svp le brulé c’est bon pour la photo mais pas pour certifier qu’il y aura des truffes. Salutations Denis

                          Répondre à ce message

                        • > Termes et Définitions 9 juin 2005 17:56

                          Bjr Truffe21, Vous dites que le terrain est le même sous vos arbres, allez voir les photos mises par Mr Fred sur le forum de la truffe reine vous regardez sur son message importance des sols et vous verrez comment cela change. Salutations Denis

                          Répondre à ce message

  • > Termes et Définitions

    22 juin 2006 17:19, par LN

    est ce que quelqu’un peut me renseigner sur la truffe d’été ? j’en ramasse l’hiver mais je ne connais pas du tout la truffe d’été. Est elle située sous les mêmes arbres que la truffe d’hiver ? quelle est la période exacte pour la ramasser ? merci d’avance pour les renseignements.

    Répondre à ce message

    • > Termes et Définitions 23 juin 2006 07:36, par DG

      Qu’est-ce que la truffe d’hiver selon vous ? Tuber melanosporum ?

      La truffe d’été se nomme Tuber aestivum en latin. Une espèce très proche se récolte l’automne et l’hiver : Tuber uncinatum. Des travaux sont en cours pour savoir si ce sont deux espèces différentes ou une sous-espèce ou la même espèce. Les arbres sous lesquels on les trouve sont les mêmes ; mais le milieu et le sol sont différents etc.

      Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Truffiere de Saint Remy | Facebook Truffière | Contact partenariat |