Cliquez sur les feuilles pour les enlever
L’univers de la truffe

Accueil > Annonces, contacts > 31e Salon du Champignon et des Plantes d’Automne de Montpellier

31e Salon du Champignon et des Plantes d’Automne de Montpellier

jeudi 29 septembre 2011, par Alban LAURIAC


Le 31ème « Salon du Champignon et des Plantes d’Automne » de Montpellier, organisé par la Société d’Horticulture et d’Histoire Naturelle de l’Hérault en partenariat avec l’Université Montpellier 1 (UFR de Pharmacie), se tiendra les samedi 22 et dimanche 23 octobre 2011, de 10h à 18h, dans le Hall d’entrée du bâtiment administratif de l’UFR de Pharmacie (avenue Charles Flahault, Montpellier).

Des expositions de champignons et de plantes fraîches, de nombreux posters, des projections de diaporamas relatifs à la reconnaissance des champignons et à l’appréciation de leur comestibilité ou toxicité, seront proposés. Le public sera invité à apporter ses récoltes et à les faire identifier par les mycologues présents.

Un espace sera réservé pour la présentation de la relation entre la toxicité des champignons et certaines classes de molécules (projet labellisé dans le cadre de l’Année Internationale de la Chimie).

Deux conférences suivies de discussions auront lieu dans l’amphithéâtre C de l’UFR de Pharmacie (avenue Charles Flahault, Montpellier).

Samedi 22 octobre 2011 de 16 h à 17 h

« Chimie et toxicité des champignons : syndromes connus et méconnus » par Sylvie Rapior, professeure à l’UM1 (Faculté de Pharmacie) [Laboratoire de Botanique, Phytochimie et Mycologie, UMR CNRS 5175 CEFE (Equipe Substances Naturelles et Médiation chimique), Montpellier]

L’identification des champignons comestibles, toxiques et mortels passe par la connaissance de caractères morphologiques, microscopiques voire chimiques.

Qu’en est-il des champignons dits comestibles ? Qui sait que Boletus edulis (Cèpe de Bordeaux), Lactarius deliciosus (Lactaire délicieux) et Cantharellus cibarius (Girolle) peuvent déterminer un syndrome gastro-intestinal ? Par ailleurs, qui suspecte que Auricularia auricula-judae (Oreille de Judas) et certaines morilles peuvent être respectivement responsables du Purpura de Szechwan et d’un syndrome neurologique ?

Que penser des champignons contaminés (ex : Xerocomus badius, Bolet bai) lors l’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl en 1986 ?

Quoi de nouveau sur Tricholoma equestre (Tricholome équestre) ? Un champignon comestible faisant partie des mélanges forestiers, devenu mortel en 2001 car responsable d’une rhabdomyolyse.

Qui croirait encore à la confusion entre Cortinarius orellanus (Cortinaire à couleur de Rocou) et la Girolle (Cantharellus cibarius) ? Quel est le choix pharmaco-thérapeutique en 2011 quant au traitement de l’intoxication phalloïdienne par Amanita phalloides ?

Informez-vous avant de consommer des champignons !… C’est l’objet de cette conférence !

Dimanche 23 octobre 2011 de 16 h à 17 h

« La Truffe, de la forêt à la séduction chimique : la vie d’un champignon » par Marc-André Selosse, professeur à l’UM2 [UMR CNRS 5175 CEFE (Equipe Interactions biotiques), Montpellier]

La Truffe (Tuber melanosporum) est un champignon qui interagit étroitement avec de nombreux autres organismes. D’une part, elle est nourrie par les racines d’arbres, tels que les chênes : c’est pour cela qu’on ne peut la produire que dans les sols où ceux-ci poussent. D’autre part, elle attire de nombreux animaux (dont l’homme !), qui la consomment et disséminent ainsi ses spores vers de nouveaux sites à coloniser. Elle semble aussi nuisible à certaines plantes, ce qui expliquerait la zone dépourvue de végétation, ou « brûlé », qui caractérise les sols où elle vit.

Divers travaux récents, dont le séquençage du génome de la truffe ou l’élucidation de sa sexualité, aident à comprendre sa biologie fascinante ; ils laissent entrevoir la façon dont elle réalise ses multiples interactions, et notamment la chimie de son arôme.

D’autres travaux ont permis de préciser son écologie, liée aux forêts perturbées, qui rend sa production si délicate. Nous découvrirons la vie d’un champignon qui est aussi un joyau de notre patrimoine gastronomique.

Enregistrer au format PDF

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Facebook | LinkedIn | Contact |